Utilisation de ce site est soumise aux Conditions d’utilisation du site.


La Parole de Dieu du cinquième Dimanche du Carême, celui de la bienheureuse Marie l’Egyptienne

Ma parole c’est de la fête dans le ciel et sur la terre, car Mes saints sont en fête lorsque Moi, le Seigneur, J’inonde la terre de la gloire de Ma parole, plus qu’il y a deux mille ans, oh, beaucoup plus, puisque le temps est à la fin, et elle est grande la préparation pour l’apparition de Ma gloire avec les dizaines de milliers de saints, tel qu’il est écrit.

Oh, elle est grande la gloire de Ma venue en parole sur la terre, car c’est avec elle que Je prépare visiblement la gloire du ciel nouveau et de la terre nouvelle, et que personne ne s’étonne de Ma venue en parole au-dessus de la terre, car c’est toujours avec la parole que J’ai tout travaillé au commencement de la première création, toujours avec la parole, et pas autrement, et à la fin on ne pouvait pas travailler le mystère de la nouvelle création, le renouvellement, la naissance de nouveau du monde, on ne pouvait réaliser cette nouvelle création que toujours avec la parole, oh, et on ne peut autrement créer l’homme nouveau, la maison où Dieu et Ses saints puissent habiter, on ne peut travailler qu’avec la parole, et c’est la fête de Dieu la parole de la nouvelle création et c’est de la résurrection, levain de résurrection, et toute la première création obéit à la parole de Dieu, lorsque le Seigneur parle au-dessus de la terre du milieu de Ses saints, oh, et l’homme doit obéir lui aussi, car l’homme est la créature de Dieu, la créature pour laquelle on a bâti le ciel et la terre, et pour cette sagesse établie sur l’homme on a beaucoup à travailler et à parler au-dessus de la terre et de l’homme qui l’habite, et voilà, Moi, le Seigneur, c’est cela que Je fais, Je parle et Je travaille en parlant.

Oh, Je ne peux autrement vaincre satan, celui né par la désobéissance de l’homme dans l’Eden, Je ne le peux autrement travailler qu’avec la parole pour le vaincre, pour couper son œuvre pleine de mensonge et tellement cachée de la raison de l’homme, car l’hypocrisie est assise sur haute chaise et travaille sur la raison de l’homme de nombreuses façons, oh, et l’homme regarde tout le jour et toute la nuit cette œuvre rependue sur toute la terre, et devant laquelle tout le monde se prosterne, tout comme les chrétiens se prosternent devant l’icône de ceux du ciel, de Dieu et de Ses saints, oh, il se prosterne le monde devant cette bête qui lutte contre l’Agneau de Dieu, car satan, s’est fabriqué icône visible et il en amasse avec elle grande fortune, mais c’est pour sa chute qu’il le fait, puisque l’homme va ressusciter, il va se renouveler par la raison, le sentiment et le corps, parce que c’est cela que travaille la parole de Dieu, elle travaille pour déifier l’homme, la sagesse d’en haut pour l’esprit, l’âme et le corps de l’homme, oh, et c’est de la fête céleste la gloire de la parole de Dieu, Ma venue en parole sur la terre.

Il est fâché satan, et ses serviteurs parlent du cadre jour et nuit pour retenir l’homme devant son icône, avec laquelle il travaille à la vue par des mensonges beaucoup forgés et multipliés, car alors qu’il n’arrive pas au fruit qu’il attend, il a beaucoup de trouvailles et il les sort, les essaie et les renouvelle, et Moi, le Seigneur, Je les dissipe toutes une par une, et J’embarrasse satan en découvrant son œuvre cachée sous apparition menteuse, et voilà la lutte de l’Agneau de Dieu contre ce dragon à plusieurs têtes, oh, et quelle joie monte de la terre au ciel lorsque Je mets sur la terre la parole écrite pour pouvoir l’accomplir ensuite!

Toute Ma parole une fois écrite s’accomplit, à condition qu’elle soit rangée dans son livre d’aujourd’hui, et voilà pourquoi J’aime et Je protège tant cette terre choisie pour Moi du Père, la terre roumaine, sur laquelle Moi, le Seigneur, Je lutte avec satan, qui se croit vainqueur sur la terre et sur l’homme, le pauvre!

Oh, Mon pays d’aujourd’hui, Je viens à toi en parole, et Je Me suis fait cité capitale sur ton foyer, car tu as besoin de protection céleste sur toi maintenant, oh, et cela parce-que tu es conquise par les païens, toi, pays à nom de pays chrétien dès Ma naissance et la tienne sur la terre, en même temps, Moi et toi, puisque Mon Père M’a donné alors ta terre pour l’avoir, afin d’y venir en parole à la fin de temps, car le peuple Israël M’a donné à la mort, M’a éloigné de lui, il M’a pas reçu quand Je suis venu du Père à lui, il n’a pas voulu croire, oh, il ne l’a pas voulu, et voilà, tu es Mon pays chrétien depuis lors déjà, et autrefois les païens venaient sur toi avec de la guerre et des armes, et maintenant ils te soumettent à leur volonté en travaillant contre toi de chez eux, de leur cachette, pour que tu ne connaisses pas le lieu de l’attaque et l’arme, et voilà, l’homme païen te tient couché sous sa volonté païenne, car il ne te veut pas chrétien, il ne te veut pas avec Dieu, et les serviteurs d’autels font conseil avec les païens afin de te vendre pour de l’argent, car ils ont besoin d’argent, pas de Dieu, pas de leur salut de la part de Dieu.

Oh, voilà l’humanité le masque à la bouche, mis par l’esprit du mensonge à visage caché!

Oh, vous, ceux qui vous tenez grands et forts sur les peuples, qu’est ce que c’est que ce que vous faites aux hommes, c’est quoi, Je vous demande Moi, le Seigneur Dieu.

Oh, vous, peuples nourris avec l’esprit du mensonge de la bête apocalyptique, levez-vous à la veille, adressez des prières et criez après Dieu qu’Il vienne vous sauver, et criez après Ma mère, la Vierge, celle qui pleure et prie pour toute la créature opprimée par l’esprit de satan! Oh, devenez des chrétiens par le pouvoir du baptême avec le Saint Esprit et baptisez-vous dans Ma parole, car c’est elle l’eau de la rivière de la vie, celle qui coule du trône de Dieu, tel qu’il est écrit, et voilà, le pays roumain c’est le pays de Ma venue en parole au-dessus de la terre, c’est Mon pays chrétien, avec Mon nom sur lui, avec Mon sceau au-dessus de lui, avec la croix de Ma résurrection et de la sienne!

Oh, pleurez après Dieu, pleurez en prière comme le feu et demandez-Moi de venir vers vous avec des signes et des miracles inattendus pour abattre satan qui vous tient dans l’obscurité sans Dieu! Je veux vous élever vers la foi victorieuse sur satan, l’homme antéchrist, mais cherchez après Ma volonté sur votre vie, oh, puisqu’il n’y a pas de vie plus douce que celle de chrétien, vie vécue avec Dieu, le Seigneur avec l’homme sur la terre comme au ciel, et qu’il n’existe rien sans Dieu sur la terre, car malheur à ceux sans Dieu sur leur vie, malheur à eux bientôt, bientôt!

La parole de Dieu laisse de l’enseignement saint sur tous les hommes de la terre et donne conseil de résurrection et de connaissance de Dieu par l’absence du péché et par le repentir pour les péchés, et voilà, voilà, l’homme pèche seulement quand il n’est pas avec Dieu, seulement lorsqu’il n’a pas Dieu dans son cœur et dans sa raison, seulement au moment où il fait sortir Dieu de lui, pour la pensée et le goût du péché, seulement quand son amour et son cœur se penchent vers le péché, seulement quand il n’aime pas Dieu avec le cœur et son esprit, oh, et c’est presque toujours que l’homme fait cela, il se tient presque toujours sans la connaissance de Dieu dans son cœur et dans sa raison.

Oh, il y en a beaucoup, et même des chrétiens qui n’aiment pas la vie avec Dieu, la vie avec Dieu implique beaucoup de choses, puisque une belle vie a besoin de beaucoup d’ornements pour être belle entre les homes, et elle a besoin des choses venues du ciel pour elle au milieu des hommes.

Oh, vous hommes de la terre, toute une série de péchés viennent sur l’homme, ils viennent en quantité à cause de la justification de soi, car c’est un assez grand péché qui naît toujours d’autres péchés, c’est pourquoi on a besoin d’enseignement pour le renoncement à soi et pour l’amour de Dieu ensuite. Et si toi, homme, tu aimes ton prochain et tu dis que tu travailles l’amour, oh, prends soin, homme chrétien, prends soin, que tout l’amour que tu dis travailler, il doit avoir sa source dans l’amour de Dieu, car les païens du monde aiment le prochain mais pas Dieu aussi, oh, et c’est pourquoi il faut prendre soin pour l’action de porter la croix pour l’amour de Dieu, amour pris en entier, non pas partagé, et avec celui-ci tu dois partager ton aide pour ton prochain, car autrement tu ne sais pas aimer Dieu, mais seulement le prochain, tout comme les païens.

Oh, c’est ainsi que vous devez apprendre aux chrétiens, vous, les serviteurs de l’enseignement aux autels chrétiens, et dites-leur de n’avoir pas peur qu’on va leur prendre le lieu d’adoration, car Moi, le Seigneur, J’ai dit grand mystère pour les vrais adorateurs, qui sont ceux qui adorent dans l’esprit de la vérité, esprit qui crie au Père pour eux, et vous, nourrissez Mon troupeau maintenant, par ces temps durs. N’imitez pas l’homme antéchrist, celui qui veut vous sortir de l’héritage ancestrale si vous ne rassemblez pas le troupeau pour le nourrir, et ne lui fermez pas la porte, car elle n’est pas la vôtre la maison consacrée à Dieu par les ancêtres et les chrétiens, mais elle est aux chrétiens cette maison, et vous ne vous faites pas des maîtres cruels sur quelque chose qui ne vous appartient pas, car ceux du ciel vous regardent, ils s’étonnent et se demandent pourquoi vous faites cela, pourquoi vous voulez vous rendre maîtres sur ce qui ne vous appartient pas?

Oh, troupeau souffrant maintenant, tu vois ce qu’il t’arrive si tu n’apprécies pas quand tu en as? Mais lève-toi maintenant à la veille par ce temps dur, oh, lève-toi! Entends-tu ce que Dieu te dit? Oh, lève-toi pour ton Epoux et lève-toi!

Vous, serviteurs pour le troupeau chrétien, soyez humbles devant le troupeau, car vous vivez aux dépens de ceux qui vous donnent de l’argent pour les soigner avec bonté et renoncement à soi, avec esprit doux et humble, puisque vous devriez travailler sans de payement l’Evangile du Seigneur, pour que Je puisse vous payer Moi, le Seigneur, avec de la rédemption, car l’homme s’est habitué à vous donner toujours, mais vous ne demandez pas, ne mettez pas de lourds tribus pour leur servir entre eux et Dieu, car Moi, Je leur donnais, Je ne prenais pas d’eux, mais sur la terre il n’y a plus de crainte de Dieu, oh, il n’y en a plus.

Mais voilà un grand exemple de grand enseignement dans la lutte avec le péché, ennemi dans l’homme, car les saints pères ont laissé à l’église chrétienne au temps du carême l’exemple de la vie spirituelle de celle qui a quitté le péché pour se sanctifier et être pardonnée de ses nombreux péchés, Marie l’Egyptienne.

Oh, chrétien, oh, chrétien ne t’amuses plus en péchant, mais réjouis-toi en chrétien, pour qu’Il puisse le Seigneur aussi se réjouir au milieu de la fête entre les frères, pas seulement le diable, puisque le diable amasse sans cesse les péchés des hommes, pour leur donner ensuite le mauvais payement, mais voilà, auprès de Ma voix c’est la parole de cette combattante contre le péché, après qu’elle eut quitté la douceur empoisonnée, car elle a vaincu avec Moi satan, et voilà maintenant son conseil:

— Oh, Seigneur, oh, Seigneur, le goût amer du péché n’est pas connu dans toute son amertume par le pécheur comme moi qu’après qu’il se voit éloigné de Ton amour, blessé par ses noirs péchés, avec lesquels il ne peut se tenir auprès de Dieu avec sa vie.

Oh, Seigneur, il n’y a pas d’amer plus fort que l’éloignement du pécheur de la face de Ta miséricorde, oh, car plein de douleur a été l’esprit de l’homme expulsé du paradis, mais qui ne s’est pas dirigé vers la repentance pour la douleur qu’il T’a donné par son péché, mais il s’est dirigé vers le péché.

Moi, Seigneur, je me suis totalement repentie, je me suis totalement promise à Toi, oh, car J’ai trop et gravement péché, et c’est seulement par une vie loin du péché et des hommes que j’ai pu garder la promesse que j’ai faite, pour que Tu ne m’éloignes pas de Ta face pour mes graves péchés. Oh, et je dis à tous les pécheurs qu’ils cherchent la douceur dans la joie de la vie de chrétien, pour éviter la mauvaise rencontre avec l’amer travaillé par le péché, celui qui éloigne l’homme de Ta face. Et voilà le moyen de salut contre satan: c’est l’absence du péché, oh, Seigneur.

Oh, toute Ta parole d’au-dessus de la terre et de l’homme attend à s’accomplir, Seigneur, puisque le non péché va venir, car c’est ainsi qu’il est écrit, mais aide tous ceux de la terre de faire cela une heure plus tôt, pour pouvoir leur donner à eux aussi le bon payement, oh, Seigneur, et que Tu aies le motif pour leur en donner.

— Vous, chers saints, vous M’accompagnez dans Ma venue, et devant Moi elles vont vos prières, et l’amour qu’elles contiennent travaille et il va laisser de l’amour dans les hommes, de l’amour pour Dieu en eux.

Et maintenant J’exhorte de nouveau à la veille sainte Mon peuple chrétien d’aujourd’hui, le peuple roumain, et Je lui dis:

Oh, peuple roumain, protège ta fortune paternelle, protège l’héritage de ton âme, le pays et la foi, l’église et la nation, car heureux le peuple qui a le Seigneur de son Dieu, tel qu’il est écrit, et toi tu es le Mien, et Moi Je suis le tien, Je suis le Seigneur, et Je suis le Seigneur ton Dieu, oh, Mon peuple roumain. Amen, amen, amen.

18-04-2021

La Parole de Dieu du deuxième Dimanche du Carême, celui du Saint Grégoire Palama

Oh, il est grand Mon nom, et il y a beaucoup de parole sur cette cité, la cité du Seigneur, et Il est loué dans la cité le Seigneur, dans Sa sainte montagne, tel qu’il est écrit, cité bien fondée, belle hauteur, pour la joie de toute la terre, Ma Montagne du Sion, tour de salut, défendue par le Seigneur, de laquelle les empereurs seront éblouis et ils vont trembler de douleurs, comme celle de l’enfantement, car le Seigneur a fondé cette cité, pour paître de son milieu les nations jusqu’aux extrémités de la terre comme un miséricordieux, et voilà Ma parole pour la protection du royaume de Dieu sur la terre, du peuple chrétien celui bien fidèle à Dieu, car tout comme au temps du prophète Elie, les fils du peuple chrétien veulent quitter le saint engagement de fils de Dieu, et laisser de côté les enseignements et les prophéties et Ma parole, celle d’hier et celle d’aujourd’hui, car Baal celui d’aujourd’hui, tout comme celui d’alors, cherche de dépouiller les fils de Mon église de l’esprit de la foi ancestrale, et les faire fouler aux pieds l’engagement du baptême, et abjurer la foi ancestrale, paternelle, et Moi, le Seigneur, comment pouvoir rester sans parler et sans admonester cette audace de l’homme antéchrist? Car le voilà, il use de toutes ses ruses pour mettre son signe maudit sur les corps, même sur ceux scellés par le baptême de l’église ancestrale, avec le nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit! Mais il y a dans le ciel grande armée de saints et de martyrs, témoignant pour Dieu et pour la juste foi, et il va échouer l’homme antéchrist, l’ennemi caché, celui qui envoie des ordres de sa cachette, pour ceux qui ne le connaissent pas et ne voient pas le lieu d’où il travaille pour envoyer sur la terre, et même sur Mon église, envoyer son œuvre adversaire à Dieu, son sceau maudit, et avec lui, toute l’opposition contre Dieu et contre les fils de Dieu.

Oh, c’est jour de témoignage de la foi sainte ce jour de dimanche, le deuxième du carême, lorsque la vraie église fait mémoire de celui qui a rendu témoignage, le prélat Grégoire de Thessalonique, celui qui a affronté les ennemi de la foi et il a montré la force et la vérité dans l’église, au temps de danger pour la foi ancestrale, laissée par ceux laissés de Dieu pour fortifier et écrire livre de renforcement du troupeau chrétien, et de son accomplissement ensuite dans Mon église, car l’église du Christ doit fortifier et améliorer les accomplissements saints, ne pas les gâter, ne pas les affaiblir. Elle doit suivre justement la marche laissée par les saints et les parents, par les découvertes venues de Dieu pour une meilleure vie chrétienne et de plus en plus sainte, car les découvertes de Dieu viennent pour mieux accomplir la vie et la garde de l’église chrétienne, et la victoire contre ses ennemis, en suivant jour par jour la perfection de son mystère, le mystère de l’église du Christ, et si quelqu’un se présente et essaie de tronquer, d’amoindrir, de couper les accomplissements, oh, c’est de l’ennemi diable cette corruption qui vient frapper à la porte et entrer, c’est pourquoi elle doit être gardée la voie du Seigneur, et il faut éloigner du milieu de l’église l’égarement qui voudrait entrer, puisque les temps sont vers la fin et il est nécessaire un meilleur accomplissement de la vie de fils de Dieu, oh, car il vient le jugement, et on commence par la maison de Dieu, comme il est écrit, et Moi, le Seigneur, Je viens réveiller Mon troupeau pour qu’il veille, car l’ennemi est à la porte, prêt à entrer et rompre Mon troupeau, pour que Je ne l’aie plus en entier et ne plus le recueillir du milieu des épines et de l’égarement d’aujourd’hui. Et voilà, pourquoi Je crie toujours aux serviteurs d’autels, ceux qui se tiennent en Mon nom devant le troupeau chrétien, car ils devraient entendre et se réunir en un seul esprit, s’il ne sont pas incapables pour le service qu’ils ont choisi, et ensuite ils devraient sonner et rassembler le troupeau et l’établir dans la veille pour la venue du Maître céleste, Qui ne peut ne pas venir, s’il est écrit qu’Il vienne et qu’Il paisse Son troupeau et le rassembler de tout lieu où il gît sans la connaissance des choses et sur des voies qui lui sont inconnues, et s’intéresser de ses faits, mais aussi des faits de ses pasteurs qui l’ont dirigé, s’ils ont veillé sur sa vie. Et voilà ce que Je leur dis Moi, le Seigneur, encore et encore:

Oh, enlevez de temps en temps, enlevez vos brillants vêtements sacerdotaux, dont vous vous parez devant le troupeau pour qu’il vous honore, et prenez ensuite le sac plein de mots saints et de vivres pour l’âme, prenez la verge de la foi ancestrale, aller et examiner la vie et l’accomplissement de la vie de chrétien de Mon église. Oh, allez de lieu en lieu, allez avec la verge de Ma pitié pour leurs âmes. Partez à la recherche des brebis accrochées aux chardons et faites-les rentrer à Ma bergerie, car J’ai dit il y a deux mille ans que Je veux les rassembler et en faire un seul troupeau, d’un seul genre, gardé d’un seul pasteur, c’est ainsi que J’avais dit, oh, et Je vous prie maintenant que vous soyez Mes travailleurs tel que Je l’ai été Moi, et comme il a été le prélat Grégoire, celui dont on fait mémoire aujourd’hui comme exemple pour vous, afin que vous faisiez vous aussi ce qu’il avait fait pour garder Mon église et pour chasser les ennemis des dogmes chrétiens et de l’unique vérité, car ce serviteur a veillé pour la vérité et il s’est levé au temps de l’attaque contre Mon église, il a pris les armes, il a fait la guerre contre les ennemis et il a gardé de la part du Seigneur la vérité, et le troupeau chrétien et Mon église.

Oh, n’oubliez pas que vous avez oublié votre devoir, que vous n’avez pas travaillé pour paître les brebis, qui se sont égarées de plus en plus et toujours plus nombreuses, tel qu’elles ont été prises par les loups, selon ce que J’avais dit que cela se passerait avec elles, avec Mes brebis. Oh, n’oubliez pas que vous avez oublié ce devoir, que vous avez tout seuls choisi, et maintenant Moi, le Seigneur, Je vous demande le fruit, Je vous demande compte des brebis et de leur vie, car c’est Moi leur Pasteur, le Pasteur avec la croix, Celui pauvre de toute chose de la terre, et Qui a mis sa vie pour les brebis. Vous vous êtes procuré des papiers du monde sur lesquels vous avez inscrits des noms et des missions de pasteurs de Mes brebis, et vous avez des diplômes de théologiens, oh, et quelle réponse pourrez-vous donner à Dieu la Parole, Dont le nom est écrit sur vos diplômes? Ces diplômes vous chargent de grands devoirs envers Dieu et envers le troupeau dont vous êtes les pasteurs, oh, et quelle cuisson allez-vous porter sur le corps et l’esprit, pour le manque de travail si vous n’avez pas travaillé, si vous ne travaillez pas pour qu’elles ne périssent pas les brebis, si vous ne vous repentez pas de ces péchés, et travailler ensuite selon le devoir qui vous pèse!

Voilà, le disciple fêté aujourd’hui dans l’église! Il a brulé avec blessure, il a brulé du zèle pour le travail saint, travail de disciple de Jésus Christ, il a veillé et il a souffert en veillant et en croyant dans la victoire, celle pour la foi, oh, il a vaincu les ennemis de Mon église, et il a dirigé Mon troupeau comme un disciple parfait, comme son Maître Jésus Christ, et pas autrement.

Oh, vous vous êtes demandés, vous vous demandez quoi et comment est votre travail avec Mon troupeau, dans Mon église? Voilà, Je vous demande Moi, Je vous demande de Mon troupeau afin de Me répondre pour lui, pour le troupeau qui depuis mille ans s’en est allé de tous côtés, il s’est déchiré en morceaux, et il n’a plus veillé, il n’a plus regardé en arrière, si non pour juger, et il est tombé dans le péché du jugement s’ils n’ont plus eu de pasteurs compatissants, pour les mener au pâturage et chasser les loups et les bêtes, pour ne pas venir vers lui et prendre les brebis de la bergerie une par une et les vendre aux étrangers.

Oh, réveillez-vous, oh, réveillez-vous à la voix du Grand Pasteur, Qui considère attentivement Son troupeau et vous appelle à répondre! Je viens vers vous pour tenir conseil céleste. Le troupeau n’est pas dirigé pastoralement, il ne travaille pas la sainteté pour Me ressembler Mon troupeau, et Moi J’ai dit: «Ils seront semblables à Lui».

Voilà, réunissez-vous dans une seule pensée au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit et tenez saint Conseil, puisque l’esprit ennemi de l’homme antéchrist déroule sa corde en piège pour capturer les fils de Mon église aussi, ceux qui ne veillent pas et ne sont pas veillés, et même vous, si vous cherchez cela, si vous ne vous levez pas à la veille contre Mes ennemis et ceux de Mon église.

Cherchez de comprendre la raison pour laquelle Je viens en parole sur la terre et croire ensuite en Ma parole, dans la Parole de Dieu, pour ne pas vous écrire avec la bouche et la main grand péché contre le Saint-Esprit, avec Lequel le Seigneur vient sur la terre et Se fait parole, et Il vient avec les saints, comme il est écrit qu’Il vienne le Seigneur dans Sa venue, et vous, prenez garde et veillez, de peur de ne pas vous écrire vous-mêmes devant Moi le plus grand péché, le péché contre le Saint-Esprit.

Oh, ne vous réjouissez pas pour votre opposition contre la vérité de Ma parole sur la terre en ce temps. Ne vous réjouissez pas en vous opposant et en vous rassurant ainsi. Cette parole C’est Moi, le Seigneur Jésus Christ, L’Alpha et l’Oméga, oh, et si vous étiez les Miens, Mes disciples et témoins, vous connaîtriez que cette parole de Pasteur c’est Moi, le Pasteur avec la croix, Celui Qui a mis Sa vie sur la croix pour les brebis, Moi, le Seigneur, Duquel le Ecritures montrent que Je viendrai et que Mon nom s’appelle la Parole de Dieu, et que c’est le Seigneur cette parole, et tout ce qui n’est pas de Dieu s’écroule et périt, mais Moi, le Seigneur, Je suis en parole sur le foyer du peuple roumain depuis presque soixante-dix ans par cette rivière de parole, celle qui donne de la vie aux hommes, car Je suis le Pasteur Qui a donné sa vie pour que les brebis dirigées par Moi aient de la vie, et vous, votre orgueil est vain, en pensant que vous gardez d’église de cette parole, qui, bon Dieu, n’est pas de Dieu. Mais si elle n’est pas de Dieu cette parole de Ma bouche et qui est écrite sur la terre selon Ma volonté, vous, vous êtes de Dieu? Vous pouvez en faire la preuve? Oh, Moi Je veux que vous soyez les Miens, mais vous devez en faire la preuve, vous devez Me ressembler avec votre esprit, votre vie, votre action, et votre foi, et si vous êtes les Miens, vous allez connaître cette parole aussi, avec laquelle Je viens vers vous, et si vous ne la reconnaissez pas, vous allez connaître alors que vous ne Me connaissez pas et vous n’êtes pas connus de Dieu, et que Moi Je ne sais pas d’où vous êtes, et c’est pour cela que Je vous demande: Si cette parole n’est pas de Dieu, vous, d’où êtes-vous? Si vous ne Me connaissez pas dans cette parole, si elle n’est pas de Dieu, vous, d’où êtes-vous? Pouvez-vous faire la preuve que vous êtes de Dieu, si vous ne connaissez pas Dieu dans cette parole?

Si pendant la vie sur la terre on ne va pas à l’école, on n’arrive pas d’être grand homme sous les maîtres de la terre. C’est la même chose pour Dieu. Si on ne vient pas à l’école, à la direction pastorale, à la croissance sainte, au jeûne et à la prière, à la douceur d’esprit et à l’humilité du cœur, oh, on n’est pas bon pour les œuvres saintes de Dieu entre les hommes. Oh, c’est ainsi qu’il a été connu comme disciple de Dieu le Prélat Grégoire, celui qui a rendu témoignage du Christ au milieu de l’église, car il a suivi l’école de la sainteté et il s’est sanctifié, il a reçu la grâce du Saint-Esprit et il a apporté de riche fruit avec son travail pour le Christ, et il a gardé le troupeau des loups et des trompeurs cachés sous vêtement de serviteurs du Christ, mais qui déformaient la voie de la foi. Et voilà, J’ai maintenant près de Moi ce prélat saint et il Me dit cela:

— Oh, Seigneur, oh, mon Seigneur, oh, mon Pasteur, mon Maître, j’ai appris de Toi et j’ai aimé ce que Tu as aimé ensuite. J’ai été doux et humble de cœur au milieu de Ton église, mais pour la garder j’ai été aussi un dur protecteur des lois saintes de Ton église, je me suis élevé avec toute la force de l’esprit et de la parole et j’ai appelé des trompeurs les loups de troupeau, desquels j’ai supporté ensuite des douleurs et des persécutions, pour la défense de la vérité celle venue par l’église, et Tu m’as élevé et Tu m’as donné chaise de pasteur, pour mon zèle saint, pour ma vie sage, pour le renoncement à soi avec lequel je suis allé sur la voie avec Toi, Seigneur, et pour le fruit apporté devant Toi. J’ai été heureux pour le don que j’ai reçu de Toi, avec lequel j’ai pu vaincre les ennemis de Ton église, oh, et je souhaite d’un désir céleste qu’ils regardent vers moi les prélats et les prêtres des saints autels de la terre, et qu’ils ne travaillent pas autrement, car ils vont répondre pour leur travail, et malheur à eux si elle ne Te ressemble pas leur œuvre sur la terre, du moment qu’ils ont choisi d’être des pasteurs en Ton nom!

Oh, Seigneur, c’est comme Ton disciple que j’ai parlé d’auprès de Toi en mon jour de fête, et je dédie à Toi la joie que Tu m’as offert maintenant, quand Tu viens avec Tes saints entouré de gloire invisible, mais qui attend à la frontière, prête à se découvrir à tous, oh, et il y aura grande joie, mais aussi grande tristesse et chacun sera compté tel qu’il sera trouvé, mais, Seigneur, dirige vers Toi le plus d’entre eux et fais-les revenir, pour Ta joie et celle de Tes saints, qui attendent Ta victoire. Amen.

— Moi, le Seigneur, c’est cela que Je fais avec la gloire de Ma parole, par laquelle Je veux faire revenir beaucoup de gens au Père et à Moi, et qu’ils prennent de Mon Esprit beaucoup et toujours plus d’entre eux, oh, car J’ai mal de voir périr les hommes comme des pécheurs, et Je veux protéger la Roumanie d’abord, et la relever au-dessus, puisqu’elle est pays chrétien dès son début et elle est de Moi, elle est comme Moi sur la terre, elle est depuis deux mille ans, et Je viens à elle, parce que Je suis venu pour la deuxième fois sur la terre en parole de création de nouveau du monde, et chez elle Je suis venu, et de Son milieu Je Me lève avec parole dure sur l’homme antéchrist, et Je garde le pays de Ma venue des malheurs qui vont venir sur la terre pour mettre à l’épreuve tous les hommes, et voilà, Je Me prépare pour protéger la terre roumaine, mais aussi pour garder les fils roumains, que J’exhorte à ne pas recevoir le sceau de l’antéchrist, de celui caché sous le voile, de celui qui se veut dieu sur la terre sur haute place, mais ici, sur ce foyer, il perd son pouvoir et il est vaincu par la Parole de Dieu, par le souffle de Ma bouche, lui et ses serviteurs. Amen.

Et vous, fils du peuple de Ma parole, oh, vous, les fils, ne souhaitez rien de plus que d’être les Miens, et que Moi Je sois le vôtre, que Je sois votre amour, et qu’il ne tombe pas, car il est la chose qui ne tombe pas si elle existe, et si l’amour tombe, il n’est pas Mon amour en vous, car Moi Je ne suis pas tombé. Moi Je n’ai pas péri pas même par la mort sur la croix, car c’est elle qui M’a donné toute la victoire, par laquelle Je Me suis montré vrai Dieu, immortel, les fils, et celui qui M’a comme son amour, il est éternel, il est comme Dieu.

Oh, paix à vous, les fils! De la paix par vous sur le troupeau chrétien et sur Mon église, qui est sur la terre du peuple roumain, et sur toute la terre ensuite, là où elle se trouve en attendant son Seigneur.

Paix à toi, Ma Roumanie, Mon pays d’aujourd’hui!

Oh, lève-toi, fils roumain, pour défendre ton pays des loups, et ta foi des païens!

Levez-vous, fils roumains, et veillez contre l’abjuration de la foi et du baptême, car l’homme antéchrist veut vous prendre sous ce péché sans que vous le sachiez, sans que vous le compreniez, et qu’il vous mette son sceau noir, mais Moi, le Seigneur, Je vous annonce, Je vous veille et Je vous réveille, et Je réveille aussi les serviteurs d’autels pour le pays, pour la foi et pour la victoire avec le Christ, en ce temps de grand embarras comme il n’y a plus eu, tel qu’il est écrit.

Oh, paix à toi, Mon pays d’aujourd’hui! Tu es la consolation de Dieu. Reste de Ma part, reste le pays du Christ, Son pays! Je viens à toi pour que tu sois le Mien et Je viens parce–que tu es le Mien, tu es le pays du Seigneur Jésus Christ à la fin du temps, et Mon mystère avec toi va bientôt, bientôt va comprendre en lui toute la terre et tous les peuples de la terre et Nous allons resplendir avec grande victoire, et c’est ainsi que nous allons finir, et c’est ainsi que nous allons commencer, et il restera le nouveau commencement, le ciel neuf et le terre nouvelle, Moi et toi, Mon pays, et tous ceux qui nous ressemblent, tel qu’il est écrit. Amen, amen, amen.

28-03-2021

La Parole de Dieu à la Fête de la Circoncision du Seigneur et la Fête du Saint Prélat Basile le Grand

En jour de sainte fête au ciel et sur la terre Je M’assied entre vous comme le pasteur entre les brebis et Nous mettons table de parole et Nous Nous partageons avec elle au-dessus de la terre jusqu’aux extrémités, tel qu’il est écrit qu’elle aille Mon annonce partout, les fils, et vous, aidez Moi de réjouir le Père, et réjouissons-Nous car nous travaillons, puisque voilà, elle approche la fête du Baptême du Seigneur et nous avons à partager l’eau bénite à cette fête, et qu’ils viennent des envoyés pour en prendre et partager aux autres dans les cités, pour qu’ils aient tous l’eau protectrice de l’esprit étranger à Dieu sur leur voie, et voilà, Nous Nous préparons, les fils, d’accomplir la bénédiction de l’eau et son envoi dans les cités, car c’est ainsi la situation crée par l’homme maintenant, mais vous avez le Seigneur, Qui prend soin de vous, les fils.

Paix à vous, et jour de sainte fête, de la paix, les fils! Qu’elle soit bénie la préparation de la fête du Baptême! Ensuite un messager venu de chaque coin du pays du lieux où vivent ceux qui aiment Ma parole et Ma place avec vous, chacun va prendre et porter à ceux qui attendent l’eau, et Je vais leur envoyer aussi de la nourriture de parole, car Je suis le Pasteur, les fils.

Et maintenant Je fais souvenir de Ma soumission des jours de Mon enfance, car Mes parents M’ont pris et emmené pour la circoncision, selon la Loi des Juifs, et pour recevoir le nom indiqué par les anges, le nom de Jésus, car c’est la loi qui dit: «Tout mâle premier-né sera consacré au Seigneur». Alors le vieux Siméon M’a pris dans ses bras, il M’a béni et a dit que Je serais la lumière qui éclaire les nations, mais aussi que J’étais destiné à amener la chute et le relèvement de plusieurs en Israël, un signe qui provoquera des contradictions.

J’étais le Fils du Père céleste, mais J’étais le Fils de l’Homme aussi, et Je devais accomplir comme un homme l’ordre celui pour l’homme, et Ma soumission et celle de ceux qui M’ont élevé a été parfaite.

Et J’ai, les fils, avec Moi dans la fête d’aujourd’hui le grand Basile, grand d’esprit et d’action en son temps sur al terre, oh, et il n’y a plus à présent entre les serviteurs d’autel de la foi un autre comme lui, car celui-ci a veillé sans repos et sans la crainte des ennemis l’œuvre de l’église du Christ et sa vérité unique, et il est resté ce saint avec grand nom au-dessus de ceux d’après lui, mais aussi comme exemple à suivre pour ceux qui gardent indemne de toutes leurs forces l’enseignement de l’église, puisque les deux mille ans ont été un temps de grande lutte pour la garde en sainteté du mystère de Mon église, et J’ai pris grand soin par les saints existants sur la terre, pour ce saint mystère par le travail de Mon église de génération en génération jusqu’aujourd’hui, parce que la guerre de satan a été toujours grande, et elle a été sans trêve comme aujourd’hui.

Et nous faisons souvenir aujourd’hui des coutumes chrétiennes, des traditions saintes et porteuses de grand mystère, les fils, car en ce jour du premier mois de l’année, après Ma naissance sur la terre les ancêtres chrétiens de ce peuple d’aujourd’hui allaient avec des souhaits et des bénédictions de maison en maison, et ils fêtaient l’union des laboureurs, le travail pour le pain et pour la préparation du pain. Oh, comment cela se passait? Voilà, on s’assemblait par groupes des enfants, des jeunes, des vieux, ils prenaient une petite charrue parée et ils partaient comme au labourage passant devant les maisons, ils formulaient des souhaits et en chassaient les mauvais esprits, et la maison qui ne recevait pas les porteurs de souhaits n’était pas tout aussi gardée des mauvais événements au long de l’année.

On y allait à minuit lorsque les cieux s’ouvrent et on formulait des souhaits bienfaisants et on criait: «Recevez-vous la petite charrue?». Le lendemain de même, groupes par groupes dès le petit matin, on allait aux maisons des villages pour emblaver et on les remplissait de graines à semer, portées dans des panetières.

Oh, elle était belle, elle était sainte cette coutume chrétienne, et elle rappelait de la naissance d’un peuple, de la recherche d’un lieu propre pour labourer et semer, selon les paroles des vers consacrés, pleines de signification, car la propagation celle pour Dieu fonctionne comme la charrue qui travaille la terre pour les semailles, oh, et les chrétiens avaient de petites flûtes, des tambours, des clochettes, des sonnailles et l’instrument qui imite le mugissement des bœufs, et tout était merveilleux, et elles ont résisté jusqu’aujourd’hui ces habitudes saintes, et dans les églises on prononçait les absoutes de Saint Basile, qui admonestaient le mauvais esprit et protégeaient les chrétiens des méchancetés diaboliques, oh, et les hommes vivaient avec Dieu sur la terre, et Dieu était plus avec les hommes, plus Il était avec eux, et Il semait Sa parole sur eux, et les hommes étaient plus sages, plus généreux, plus saints, plus désireux de ciel.

Les fêtes et les souhaits passés, les chrétiens commençaient le travail pour le pain, et cette terre était le pays du pain, le pays des mystères de Dieu, et voilà, à présent aussi, à la fin de temps, c’est ici le pays du pain, puisque Ma parole est ici comme nourriture, puisque c’est Moi le Pain Qui descend du ciel comme nourriture pour Mon église, tel qu’il est écrit.

J’étais au milieu de tout un peuple, venu de différentes cités, et Je leur ai dit la parabole du semeur, comme une partie de la semence est tombé au bord du chemin et elle a été foulée aux pieds ou mangée par les oiseaux, une autre est tombée sur les endroits rocheux, elle leva aussitôt mais faute d’humidité elle sécha, et une autre partie est tombée parmi les épines qui l’étouffèrent, mais une autre partie de la semence est tombée sur la bonne terre et elle donna du fruit centuplé. Oh, c’est la parole de Dieu cette semence, mais le diable est aux aguets auprès de ceux qui entendent et il leur prend la parole, de peur qu’en la croyant ils ne soient sauvés. La semence du rocher ne peut avoir de racines, et ceux qui la reçoivent avec joie tombent ensuite dans les tentations. La semence tombée entre les épines ne fait pas de racines à cause des soucis, à cause du désir de fortune et des plaisirs de la vie et elle n’arrive pas au mûrissement. Mais la semence tombée sur la bonne terre est celle tombée dans l’homme au cœur pur, et elle donne du fruit dans la patience, et on donnera à celui qui a, mais à celui qui n’a pas on ôtera même ce qu’il lui semble d’avoir, tel qu’il est écrit dans la parabole du semeur.

Et voilà le grand mystère, c’est qu’elle a été choisi pour des semailles la terre celle d’aujourd’hui du peuple roumain et elle a donné du fruit, et il est écrit dans l’histoire de ce peuple le souhait compris par les vers consacrés de la petite charrue de fête, qui montre en parole qu’elle a été semée en bonne terre la semence de Dieu.

Et il y a eu au temps de la création de Mon église un empereur venu de loin, descendent de ce peuple se trouvant-il, auquel Dieu a destiné de venir et de choisir cette terre afin que Je vienne, Moi, le Seigneur, avec les semailles et avec les semeurs et que Nous emblavions, pour avoir du bon blé, et qu’il soit peuple chrétien ce peuple. On raconte dans l’histoire de la charrue, dans ses vers récités devant les maisons des villages, que cet empereur a pris son cheval il s’est levé sur ses arçons et il a regardé tout autour sur la terre, afin de choisir un lieu propre pour être labouré et semé, oh, et ce lieu a été cette terre, celle des ancêtres en ce temps-là, et Dieu a semé Sa semence par ceux qui sont venus avec l’empereur, et ceux-ci ont laissé l’annonce de l’empire des cieux, et de Son empereur Jésus-Christ, oh, il est né alors ce pays, en même temps avec Moi, et Mon Père l’a nommé le Mien, Mon pays, et il est chrétien depuis deux mille ans, et ma semence ne s’y est pas desséchée, puisque le lieu a été propice aux semailles, oh, et ils racontaient les vieux l’histoire de la petite charrue de ce peuple, et on ne racontait pas en vain ces mystères, et tout était sous la garde de Dieu, et on les récitait sur cette terre, et on les récite aujourd’hui aussi.

J’ai parlé récemment aux peuples de la terre et Je leur ai dit: Ne vous posez pas la question pourquoi c’est ici, car Je vais vous parler de ce grand mystère et vous allez vous consoler, puisque c’est le temps de grande lumière, car elle vient la lumière.

Voici que le Semeur est sorti pour semer Sa semence et elle est tombée ici, sur bonne terre, et maintenant Nous racontons les souvenirs saints, que l’ennemi antéchrist essaye toujours d’effacer pour être oubliés, mais non, Je ne lui permettrai pas de s’atteindre de Mes mystères, car s’il a travaillé par ses hommes pour arrêter dans l’église du peuple roumain la lecture des oraisons d’admonestation du diable pour qu’il éloigne de cette terre, des maisons des chrétiens roumains le travail de satan, l’adversaire de Dieu et des saints de Dieu, voilà maintenant ce sont Mes saints qui demandent l’admonestation du diable, et le saint prélat Basile, en grand groupe de saints, travaille et éloigne satan de partout sur cette terre sainte, et au milieu du peuple de Ma parole on prononce en même temps avec saint Basile l’éloignement du diable de la terre roumaine et de tout le peuple chrétien de toute la terre, et voilà:

Oh, diable, que tu sois durement admonesté par le Père, le Fils et le Saint-Esprit, avec tous les saints de Dieu et avec le peuple de la Parole! Ecarte-toi le plus loin que possible de ceux qui sont baptisés chrétiennement! Et ce pays, il faut que tu le saches avec tous tes serviteurs diables, ce pays est le pays de Jésus-Christ, Celui né dans la crèche des brebis il y a deux mille ans, en même temps que la naissance de ce peuple, christianisé selon la loi laissée pour les premiers chrétiens, car le peuple chrétien est le peuple de Dieu sur la terre, et d’autres nations sur lesquelles on a semé Ma semence ne l’ont pas gardée, elles n’ont pas eu de bonne terre, propice jusqu’à la fin, mais elle a donné du fruit ici, mille fois de plus, c’est le pays du pain cette terre, elle l’est aujourd’hui aussi et elle a du pain du ciel, c’est Moi en parole sur la terre.

Le prélat Basile crie après les serviteurs de l’église, il leur crie de se lever au travail saint s’ils ont voulu être des serviteurs pour Dieu, et il leur dit:

— Vous, serviteurs aux autels, prenez la charrue, labourez et semez pour que le blé pousse et croisse riche en épis! Ne craignez pas les maîtres du monde, mais craignez Dieu et prenez de la sagesse d’en haut, pas de la terre, puisque la crainte de Dieu c’est le début de la sagesse sainte! Craignez Dieu et soyez sages d’en haut, car la science celle des hommes prise et partagée partout pour la perte d’un grand nombre de gens, celle-ci n’est pas sagesse mais c’est de l’instigation sur la création de Dieu, oh, et il est interdit à l’homme de tenter Dieu, car le diable sert à l’homme seulement des chimères, pas la vérité sainte, oh, puisque ce n’est pas la terre qui a été bâtie pour le soleil, mais le soleil a été bâti pour la terre, au quatrième jour de la création du ciel et la terre, et tout ce qui est hors de cela c’est de l’instigation sur les mystères de la création de Dieu et c’est du péché.

Et vous prenez la charrue et regardez vers le ciel, et c’est ainsi que vous devez travailler pour protéger le troupeau du Seigneur, car moi c’est seulement pour la protection de l’église que J’ai vécu, et j’ai lutté et j’ai coupé le mensonge et les hérésies, car je m’inquiétais du sort du troupeau et je la gardais beaucoup de loups doués d’intelligence, qui comprenaient seulement selon leur avis. Et vous, soyez la force et le sel de la terre et écartez la mauvaise œuvre qui s’approche de l’église et de ses mystères saints, et Dieu notre Seigneur va vous récompenser quand Il se montrera.

— Oh, serviteur digne de service à l’autel, grand a été ton zèle pour la vérité, pour l’église, telle qu’elle a été établie au début par les apôtres et par ses saints! On ne fouille pas dans l’œuvre de Dieu, on n’en cherche pas humainement, mais on doit seulement la suivre avec grande attention.

Vous, serviteurs d’aujourd’hui de l’église du peuple roumain, oh, vous êtes coupables envers le peuple roumain, parce-que vous n’avez pas voulu M’obéir et ne pas aller vers le mélange de troupeaux, et vous avez fait chanceler le peuple fidèle et connaisseur en ce qui concerne le mystère et la marche de l’église.

Voilà, la science humaine cherche à découvrir le mystère de Dieu, mais cela n’est pas possible, et on a très mal procédé il y a cent ans, quand ont a changé dans le calendrier la place et le temps des fêtes des saints. Veillez donc, et ne permettez plus que la corruption frappe les choses établies par les saints. Le Soleil a été fait par Dieu pour la terre et il a sa loi, il se lève, il se couche et il se lève encore, et le prélat Basile a son enseignement très clair pour ceux d’après lui, pour qu’ils n’errent pas par la science humaine et qui provoque l’égarement, et voilà de quel manque de connaissance font preuve ceux qui tentent de découvrir les mystères de la création, mis sous la domination de Dieu, et non pas à celle des hommes, prêts à tenter!

Prenez la charrue, labourez et semez tout comme ceux du début, pour ne pas faire chanceler les premiers fondements et d’en tomber, et l’obéissance aux saints et aux pères prouvera votre amour de Dieu et des hommes, et pas autrement.

Oh, ne tentez pas Dieu vous, les hommes! Laissez la tour Babel s’écrouler et s’écraser, mais ne suivez pas ceux qui veulent la bâtir de nouveau et qui écrivent leur condamnation.

Il est temps que tous reprennent leurs esprits, puisqu’elle vient la lumière et il y aura de la lumière, et personne n’aura plus de place pour s’en cacher, car elle rend tout clair et chasse les ténèbres par sa force.

On a un autre temps maintenant. On a écrit jusqu’à présent sur la parole de Dieu, depuis deux mille ans on a toujours écrit, et maintenant c’est Moi-Même Qui parle, et on écrit, car sur la terre personne n’est plus laissé à dire que c’est Moi cette parole, que c’est Moi Qui parle, que Je viens et Je travaille Moi-Meme, oh, et tous sont conseillés de parler à gauche et à droite contre la vérité de cette parole.

L’homme doit croire à la résurrection, oh, et pour cela il doit beaucoup travailler avec Moi, Celui ressuscité d’entre les morts. Ceux qui sont ressuscités avant Moi ont eu quelqu’un qui a travaillé en Moi pour leur résurrection. Mais avec Moi ne s’est pas passé de même. C’est de Moi-Même que Je Me suis levé du sépulcre où J’avais été mis, avec le sceau au-dessus, pour que Je donne à l’homme la foi dans la résurrection, et au temps de la résurrection de tous les endormis, que l’homme ait accès à la résurrection, et cela par la foi qu’il a eu sur la terre, en attendant dans l’espoir, tel qu’il est écrit.

Oh, et qu’on entende Ma parole jusqu’aux extrémités, et que tous croient en elle! Amen.

En fin, encore et encore Je bénis la préparation de la fête de Mon Baptême et Je veux prier ceux qui vont prendre de l’eau bénite, Je les prie d’en prendre dans des récipients dignes de la contenir, oh, du moins l’eau bénite, si on ne veut plus encore. Que chaque chrétien se procure un récipient agréable à Dieu et qu’il l’ait prêt pour qu’on lui verse de l’eau bénite, et qu’il écarte le plus possible les récipients mal propres, par la matière dont ils sont faits. Oh, cela Me fait mal de voir tant malpropreté dans les choses faites par l’homme, et qui entrent dans l’homme, mais c’est satan qui s’en réjouit, lorsque Moi, J’ai mal à cause de son mauvaise œuvre.

Et voilà Je présente Moi aussi, le Seigneur, les souhaits pour le nouvel an, car les années sont comptés aussi en commençant par Ma naissance sur la terre, et maintenant c’est le premier jour du premier mois après Ma naissance, et depuis lors c’est Mon temps sur la terre, le nombre des années depuis le Christ comptées.

Je prononce saint souhait et Je dis: Paix et santé, pardon et charité, foi et pouvoir saint, voilà ce que Je souhaite que tu aies peuple de Ma parole!

De la paix douce et sainte! Que tu sois le pays du pain, peuple roumain, et que ta terre porte le Seigneur avec Son royaume!

Oh, paix à vous! Que la paix soit sur cette terre et sur son peuple, et qu’il reste peuple chrétien ce peuple pour l’éternité!

Je finis maintenant Ma parole d’aujourd’hui et Je la signe avec Mon nom:

Jésus-Christ.

Amen, amen, amen.

14-01-2021