Sujets


A doua venire a Domnului

… Je suis descendu du ciel sur la terre, mais si vous désirez que Je vous parle, adoucissez vos cœurs. Je regarde et Je vois qu’ils sont endurcis. Il n’y a pas de ménétrier pour vous chanter, il n’y en a pas. Si c’est pour cela que vous êtes venus, voilà ça n’existe pas, et si vous ne croyez pas que c’est Moi, vous aller le voir une fois, car tel que Je suis descendu en chair autrefois, pour guérir les corps, de même Je suis descendu maintenant en Esprit, pour guérir les âmes. Oh, les fils, Je ne suis pas venu frapper à la verge, mais guérir les âmes malades. Aujourd’hui Je vous parle avec douceur, en esprit, mais demain Je viendrai et Je vous parlerai par des coups de tonnerres, tant que la terre même va trembler.


***

Au moment que le Seigneur Jésus-Christ était dans le Jourdain, Il a parlé le Père. Il a parlé le Seigneur Jésus Christ trois années et demie. Aujourd’hui c’est le Saint-Esprit qui parle, et après le Saint-Esprit personne ne vient parler, et la lumière parlera pour la lumière et les ténèbres pour l’obscurité.


***

J’y viens toujours. Je ne Me tiens plus dans le ciel, car on a besoin de la résurrection de l’homme sur la terre. Oh, Je viens bientôt, bientôt Je viendrai sur la terre avec Ma gloire, avec Mon jour, celui de la fin du temps, et Je Me donnerai avec lui à ceux qui M’ont aimé et qui M’aiment. Amen.


***

Paix à toi, Mon peuple, Ma maison d’aujourd’hui! Il est écrit du celui qui croit en Moi que Je viendrai chez lui et que J’y ferai Ma maison, que Je dinerai avec lui et que Je Me montrerai à lui, et voilà J’accomplis tout cela avec toi, et toi avec Moi, Mon peuple. Oh, qu’il est facile pour Moi d’accomplir les choses écrites sur Moi, s’il y a de la foi en vous pour leur accomplissement! Oh, combien Je souhaite d’accomplir les Ecritures qui restent encore à s’accomplir, oh, Mon peuple ! Je veux venir sur la terre en chair visible et Je veux demander au ciel nouveau et à la terre nouvelle de se montrer en même temps que Moi et réjouir les Miens, puisqu’il y a deux mille ans J’ai dit que J’allais auprès du Père, que J’y allais pour préparer la place, de sorte que là où Je suis, qu’ils le soient les Miens aussi. Oh, il y a beaucoup de demeures dans la Maison de Mon Père, mais Moi Je suis sur le trône auprès du Père, et J’ai à Mon service la gloire du trône dominateur et tout près de Moi, la suite céleste et celle venue de la terre.


***

J’inscris dans Mon livre d’aujourd’hui parole destinée à enseigner à ceux qui prennent du Seigneur pour eux, de la direction et du conseil en vue de la marche sur la voie avec Moi, sur la voie vers Moi, sur laquelle Moi aussi, le Seigneur, Je vais vers eux, et avec eux ensuite, sur Ma voie vers les hommes, et que c’est beau que tout homme comprenne Ma venue d’aujourd’hui tel que Je viens, puisque sur la terre aussi, lorsque les grands, qui gouvernent veulent envoyer vers le hommes leurs paroles pour être accomplis, ils travaillent de la même façon, et ils ont entre eux et la population, ils sont ceux qui portent jusqu’aux hommes les choses que l’on doit accomplir, après avoir été établies par le conseil qui gouverne la cité, et ceux qui ne s’y engagent pas sont découverts, interrogés et examinés pour leur désobéissance.


***

Oh, les fils, oh, chers fils, oh, qui êtes-vous, les bien-aimés, ceux avec lesquels Dieu parle, afin que vous donniez aux hommes Sa parole? Je ne pose pas cette question pour que vous y répondiez, vous. Je demande pour répondre Moi-même, et vous dire à vous, et à tous ceux qui entendent le Seigneur de vous, pour dire à tous que vous êtes ceux qui ont cru à Ma parole, celle qui vient avec les nuages, puisque le Seigneur vient sur des nuées de parole au-dessus de Ma cité avec vous, pour qu’elle soit mise dans le livre, parole pour la terre, et vous êtes ceux qui croyez que c’est Moi Celui Qui vient et Qui parle, parce que Moi, Je suis Celui Qui est, les fils. C‘est Moi Celui qui a parlé avec Moïse pour Israël dans les montagne et c’est toujours Moi Celui Qui parle aujourd’hui avec vous du sommet des montagnes de parole, sous lesquelles voudront s’abriter aux temps des malheurs beaucoup de gens qui auront très peur de la grandeur du Seigneur et de Ses jours de gloire, avec le Saint-Esprit et le feu en œuvre, pour le renouvellement du monde, tel qu’il est écrit.

Vous êtes ceux avec qui Je parle en ces jours sur la terre, les fils, car vous vous êtes laissés engagés par Moi, tout que Ma mère la Vierge, lorsqu’il est venu chez elle l’archange, le bon messager de Dieu, qui l’a engagée comme mère, mariée, demeure et voie de Ma marche entre le ciel et la terre, et ensuite entre les hommes, chair et parole, selon l’ordre de Dieu le Père, pour toutes Ses choses entre la première création et jusqu’à la nouvelle création, la naissance à nouveau du monde, tel qu’il est écrit d’arriver, selon la décision du Père, les fils.


***

Mon Père M’envoie toujours pour vous parler ici, chez vous, pour M’y tenir en votre compagnie et celle des saints, ceux engagés du Père par Moi et pour Moi, pour être les disciples témoins de Ma venue parole sur la terre, en cette cité, dans laquelle vous constituez Ma famille, cité qui porte un grand nom, et elle s’appelle A LA MAISON, car c’est ici que Dieu existe et travaille, c’est ici que le Père et le Fils et le Saint-Esprit parachèvent l’œuvre de la naissance à nouveau du monde, c’est ici que le Seigneur a rangé le trône de la parole, la chaise de jugement de la créature, c’est ici la maison et le jardin où viennent les fils chez le Père pour les fêtes, ils viennent chez les parents et ils se réjouissent en les réjouissant, en consolant leur nostalgie des parents et de la maison, de la compagnie sainte, les fils.


***

Huit jours après la fête de la résurrection, Je mets Ma parole dans le livre et Je vous donne une mission bénie, les fils, car pour le prochain dimanche, dans une semaine, vous devez préparer dans Mes jardins avec vous, la bien chère rencontre des frères, de ceux qui croient que Je viens ici en parole et que Je la mets sur la table, comme nourriture des âmes, celles qui accueillent Ma deuxième venue d’auprès du Père, et que J’accomplis la promesse que J’ai faite il y a deux mille ans, lorsque J’ai demandé et Je Me suis demandé dans la grande tristesse du cœur: «Quand Il viendra le Fils de l’Homme, trouvera-t-Il encore la foi sur la terre?».


***

Oh, il y a du frémissement saint ici, en haut et en bas, et elle est douce la joie, elle est grande la consolation de ceux arrivés groupes par groupes et assis dans la gloire de la fête du Saint-Esprit, et Moi, le Seigneur, Je suis leur guide et Je vais en tête, devant les armées célestes, tous à chemises de lin blanc, oh, et quelle douce timidité sur les visages, et qu’elle est belle la tenue des saints, quels doux regards, quelle grandeur de sentiments, que de sérénité, quelle beauté ici, oh, les fils de la cité de Ma parole. Oh, paix à vous, et allons nous installer dans le livre et ouvrons de bonne heure, car voilà qu’ils s’approchent des portes ceux qui sont animés eux aussi d’amour saint et ils viennent au pâturage et ils viennent à la source, ils viennent chez Nous, ils viennent chez vous, fils qui accueillez des hôtes ici, chez le Seigneur, ici, où Moi, Je suis avec vous. Oh, vous avez été depuis longtemps annoncés par Ma parole, qui s’est faite livre ici, et par laquelle J’ai dit il y a plus de quarante ans et J’ai annoncé qu’en peu de temps va venir ici un peuple inconnu, après quoi il y aura ici un travail saint, une grande œuvre, qui ne pourra être découverte jusqu’alors, oh, et voilà cet accomplissement, puisque J’ai accompli et J’accomplis avec vous, ceux qui peinez maintenant pour la gloire, avec laquelle Je traverse la terre pour annoncer Ma parole, œuvre que Je commence d’ici, les fils, et voilà qu’ils regardent des cieux ceux qui étaient alors, auxquels J’ai annoncé en ce temps-là, il y a longtemps, oh, et quelle est merveilleuse Mon œuvre avec vous, car J’ai dit aussi à ceux qui recueillaient Ma parole, Je leur disais par les temps d’embarras pour Moi sur la terre avec eux, Je leur parlais de ce temps-ci, quand nous aurons des tentes, pas pour une dizaine ou pour des centaines de personne, mais pour des milliers et des milliers de personnes, oh, les fils.


***

Je suis l’Alpha et l’Oméga, Je suis Celui du commencement et Celui de la Fin, le Créateur du monde, et J’ai dit il y a deux mille ans que le monde sera encore une fois bâti par la naissance à nouveau et il y aura un ciel nouveau et une terre nouvelle, et Je dis cela pour ceux qui croient et pour ceux qui ne croient pas.

Moi, Je suis Dieu la Parole, et si Je le suis, Je parle et Je travaille et Ma parole prend de la vie écrite, pour témoigner de Moi. Je Me tiens avec fête de parole au-dessus de Ma cité de parole du milieu du peuple roumain, puisque J’ai établi avec les puissances célestes une cité habitée d’un peuple fidèle, qui M’accueille lorsque Je viens et J’inscris Ma parole dans le livre, afin qu’elle soit écrite sur la terre Ma parole. Je n’ai pas demandé ceux qui se sont mis les uns les autres, les uns sur les autres chefs de la terre et de son troupeau, oh, Je n’ai demandé personne du monde des hommes, mais J’ai regardé dans les Ecritures et J’ai trouvé que Je dois venir avec les dizaines de milliers de saints et parler au-dessus de la terre, être la Parole de Dieu.

Vous, ceux qui M’accueillez au moment où les cieux s’ouvrent afin que Je vienne avec les armées du ciel pour parler, oh, ouvrez vous aussi le livre à Ma parole, pour entrer et diriger en Pasteur, pour parler justice, car c’est elle Mon bâton pastoral. Je suis ici au-dessus avec des saints sans nombre, et nous écrivons dans le livre la fête pour eux, le dimanche de tous les saints, et nous nous inscrivons avec lui dans le livre, fils gardiens de Ma venue chez vous en parole sur la terre, car Je travaille à nouveau, comme au commencement, puisque Je suis Celui Qui a été dès le début chez Dieu, Je suis Dieu la Parole. Et Je Me tiens au-dessus, en grande gloire, à couronne de saints, et les puissances célestes nous soutiennent et nous servent. Les saints ont pleuré sur la terre, ils ne se sont pas délecté, mais ils ont souffert pour Mon nom et ils ont pleuré en Me désirant, et maintenant ils sont ceux consolés, tel qu’il est écrit de ceux qui pleurent sur la terre.


***

Il y a deux mille ans Je suis venu d’auprès du Père sur la terre par Ma naissance de Mère Vierge, et J’ai travaillé alors l’œuvre de rachat du péché de l’homme bâti par Ma main et de ses descendants, et après trente-trois ans, Je Me suis assis vainqueur à la droite de Mon Père dans le ciel, où il y a Ma place depuis l’éternité. Maintenant, de nouveau, le Père M’a envoyé sur la terre après l’homme, et Ma gloire est la parole, tout que Mon nouveau nom, écrit dans les Ecritures que Je le porte maintenant, à la fin du temps, car Mon nom est la Parole de Dieu.

J’ai sur la terre roumaine un peuple d’enfants fidèles, peuple élevé avec la parole de Ma bouche, et Je Me porte en parole au-dessus de la terre par Mon travail avec lui. Il est le cheval blanc prophétisé par les Ecritures, et Moi, Je suis le chevalier, selon ce qui est écrit, et Mon épée c’est la parole, la verge avec laquelle Je conduis les peuples et les langues, selon le genre des nations de la terre, et l’esprit de la justice Ma sert de mesure dans le travail.

J’ai Ma cité capitale sur le foyer du peuple romain et Je viens porté par les nuages, Je viens depuis plus de soixante ans, Je viens avec des armées de saints au-dessus de la terre roumaine, et avec les saints Je Me porte et Je parle des airs, tel que Je le faisais sur la montagne, lorsque Je parlais à Moïse pour le peuple d’Israël. Oh, Je viens et Je parle au-dessus de la terre et des peuples et de leurs chefs, et Je fais l’œuvre que le Père M’a donné à travailler, puisqu’à Ma naissance sur la terre, le Père M’a donné de patrie ce pays et son peuple, le peuple roumain, après que le peuple d’Israël M’ait abandonné et exclu de son milieu et ne M’a pas reconnu avec de la foi pour Me recevoir, et voilà que Je suis reçu sur le foyer du peuple roumain et Je Me suis préparé bergerie ici, et J’y descends en parole et Je Me fais livre sur cette table, Je le présente à ce peuple et Je vais à voix de tonnerre, et Me voilà avec les jours de Ma gloire en ce temps, et Je dis qui Je suis et ce que Je fais, et Je dis que Je suis avec Ma venue pour la deuxième fois d’auprès du Père et J’ai lieu préparé pour Mon travail de ce temps et celui qui entend et qui lit, qu’il comprenne Ma venue d’auprès du Père, porté par un cheval blanc, accompagné par des armées de saints, épée aigue sortant de Ma bouche, et Mon nom est la Parole de Dieu, Moi et Ma cité de parole, le lieu duquel Je dirige à verge de fer les peuples et les langues, et J’ai le nom écrit: la Parole de Dieu.


***

Après Ma résurrection et Mon retour à la droite du Père, pour y demeurer et y être, des messagers célestes sont venus Me porter jusqu’au Père et ils ont annoncé la promesse, celle de Mon retour, chez vous, les fils, ceux désignés par la sort, c’est chez vous que Je viens quand Je rentre, et Je viens et Je laisse carte entre vous avec toute la parole de Ma bouche et vous la mettez sur la voie qu’elle s’en aille, les fils. Oh, qu’il serait magnifique, quelle grandeur vous pourriez voir en vous et sur vous, si vous vouliez dans un instant vous rendre profondément compte de cette majesté, du Saint-Esprit, le Consolateur, Qui vous accompagne, Qui vient chez vous et vous apprend de demeurer en Lui, de Lui faire place en vous et entre vous, avec tout l’accueil et l’hospitalité pour Lui!


***

Oh, pourquoi est-ce que Je viens en parole sur la terre? Les fils, les fils, s’il est écrit de s’accomplir ainsi est-il possible de passer les écrits sans qu’ils s’accomplissent? Je viens avec les saints parce qu’il est écrit que Je vienne avec les saints par dizaines de milliers, car lorsqu’un saint vient avec Moi, toute sa troupe dont-il fait parti vient avec lui, toute sa famille le fête et prend part à la joie céleste dans les jours des saints. Oh, et ensuite Je viens, puisqu’il est écrit que Je mènerai les peuples avec une verge de fer, avec la parole de Ma bouche, et c’est pour cela que J’ai dû Me faire un peuple cueilli d’entre les fils des hommes et bien élever avec la parole de la création de l’homme, avec Mon amour le nourrir et l’élever, et ensuite bâtir avec lui une cité et l’y installer près de la bouche de Ma source avec lui sur la terre, puisque si les empereurs de la terre bâtissent des cités et leur donnent leurs noms et ils installent leur trône dans un palais au milieu de leur cité, oh, comment serait-il possible que le Seigneur soit plus bas que ces empereurs passagers, qui n’ont part de rien du travail de leur vie? Oh, c’est Moi seul Celui éternel et Je suis l’Empereur des empereurs et tous vont Me rencontrer lorsqu’ils quittent leur cité et leur chair pour venir rendre compte de leur jours passés sur la terre.

Oh, pourquoi Je viens sur la terre en parole chez vous, fils qui Me recevez, et vous, ceux qui recevez du Seigneur la parole, après que Moi J’aie dirigé vers vous le lit de la rivière de Ma venue et la partagez dans toutes les directions cette rivière de la vie, afin qu’elle guérisse les peuples de la terre, les cœurs purs, du pouvoir de la vanité de toutes les choses, cœurs qui languissent en attendant la vérité, l’éternité, oh, les fils?

Oh, que J’aime vous parler, et que vous Me partagiez ensuite sur la terre! Oh, quelle grande merveille se passera lorsque de tous les coins de la terre des milliers d’oreilles et de cœurs prendront et s’inclineront à l’amour de Dieu, à Ma venue en parole sur la terre! Je prendrai toute la consolation des hommes, car elle est passagère et Je verserai en eux le désir de Dieu, puisqu’il va venir l’Esprit et Il va souffler avec le désir de Dieu, et Il va le partager, et les loups deviendront des agneaux, car ils verront la gloire, qui va s’étendre sur toute la terre, et elle va pâlir l’infamie par laquelle les hommes ne regardent plus vers le ciel, lieu d’où vient la vie aux hommes.


***

En ce lieu Je parle avec l’homme comme en Eden, comme avec Adam dans l’Eden, et Je parle comme avec Moïse sur la montagne sainte, comme avec Saul de Tars sur la voie, et Je parle avec les fils de la foi sainte et voilà, il y a de la foi sur la terre pour Mon accueil, car le Père M’a envoyé encore une fois sur la terre en parole, puisqu’il est écrit dans les Ecritures que Je vienne ouvrir les livres et en juger les vivants et les morts, et c’est par Moi que le Père accomplit les Ecritures, et elles s’accomplissent sur la terre.


***

Oh, quelle douleur aurait-il été entre ceux du ciel si Je n’avais pas eu la possibilité de venir sur la terre en parole, Ma verge de Pasteur, tel qu’il est écrit que Je paisse avec elle, et que Je dirige les nations, autant que personne entre les hommes ne puisse comprendre! Oh, mais quelle consolation ont ceux des cieux par Ma parole avec vous, lorsqu’ils voient arrivé le temps de la prophétie des Ecritures, pour Ma venue avec les saints, en Pasteur.


***

Oh, les fils, le temps est venu, et tout se dépêche en voyant que Je viens et Je viens encore, et toutes les choses se veulent connues et travaillées et rangées devant Moi, et elles demandent tout le temps de l’homme, et l’appelle et lui demande de travailler pour Dieu et avec Dieu, parce qu’Il vient le Seigneur, les fils, et tout et toutes voient que le Seigneur vient.


***

Je vous ai engagés pour la veille, les fils, pour Ma voie celle du ciel, au moment elle M’amène vers vous, pour lui donner libre cours ensuite, pour la claironner, les fils, car si le clairon sonne, il réveille, il appelle à la veille, il fait de l’accomplissement, il ouvre la voie du Seigneur pour venir, pour avoir chez qui venir, oh, puisque Je veux dépêcher la victoire entière sur tout le mal, qui empêche encore Ma venue avec de la gloire et de la joie, pour ceux qui Me portent en eux et connaissent Mon souhait, oh, mais J’ai besoin d’aide de la terre pour aller, pour lever la veille, pour exhorter, pour ranger l’homme devant Moi, pour qu’il sache que Je viens, et ne pas être surpris du travail du Seigneur sur la terre, puisque Je veux des cœurs tranquilles et pleins de joie pour la venue du Seigneur, non pas de crainte, non pas de peur, non, les fils, car si l’homme sait que Je viens, il se prépare, il met de l’ordre dans sa vie, il se lave, il se réjouit ensuite, et Moi, lorsque Je vois que l’homme se tient prêt pour Ma venue, Je viens, Je viens, les fils, Je viens délivrer de tout embarras ceux qui met leur espoir en Dieu sur la terre.

J’ai les saints avec Moi quand Je Me porte entre les cieux et la terre avec Ma venue, et ils sont comblés de désir saint et de zèle pour préparer Ma venue, car il y a toute une attente entre ceux du ciel, et un brûlant désir en attendant le jour de Ma gloire, quand tout sera vêtu dans la gloire, et la cloison tombera, et tout attend après l’homme, les fils.

Toi, homme de la terre, combien doit-on attendre pour que tu apparaisses tout prêt devant Moi, prêt pour Ma venue, pour qu’il y ait quelqu’un à M’attendre et que Je vienne! Oh, quelle grande chose serait pour toi et pour le Seigneur, si tu avais du désir et de l’attente après Lui, et que tu ne sois pas toujours poussé, toujours prié et appelé, pour sortir au devant du Seigneur, afin qu’Il vienne.

Oh, quelle grande et magnifique préparation devraient faire ceux de la terre et la mettre devant Moi pour Ma venue! Ce temps est arrivé, il est près il se dépêche de se montrer, mais il attend l’homme, et Moi, le Seigneur, Je crie, Je crie toujours à l’homme, et J’essaie l’habituer de croire et de M’attendre avec de la préparation, avec du réveil, avec de la fête, puisque Ma venue est une fête, qui couronne et qui embaume, qui change le visage des choses vues et invisibles, car c’est elle, Ma venue, que tous les saints ont attendue, et qu’ils ont embrassée avec désir saint et du repos, lorsque J’allais au-devant d’eux, pour leur ouvrir, et qu’ils entrent dans les armées célestes. Oh, mais maintenant ils attendent tous le couronnement des temps de sous le ciel, et cela se passera en même temps que Mon apparition dans la gloire, gloire que J’ai du Père d’avant la création du monde, et J’aimerais tant qu’ils comprennent toujours mieux le peuple, qui se nourrit et se bâtit avec la parole de Ma venue d’aujourd’hui, Je veux qu’ils s’habituent d’être toujours plus près, qu’ils travaillent pour approcher Mon jour de gloire, qu’ils se dépêchent avec beaucoup de parure, et qu’ils aident Mon apparition, qui attend à la frontière, car les autres occupations n’ont aucun prix face au souci pour Ma venue avec de la gloire, à condition que la foi pour Ma venue soit complète, tel que tous Mes saints, ont cru pleinement qu’ils seront avec Moi, après la peine portée sur leur voie vers le ciel.

Oh, mais maintenant c’est le ciel qui vient, il vient à la rencontre de l’homme, c’est le Seigneur Qui vient avec les saints, parce qu’il est écrit qu’Il vienne ainsi et qu’Il se fraye chemin vers les hommes afin de les préparer pour la grande gloire qui va remplir les cieux et la terre, et qu’il soit tout neuf, le ciel et la terre, l’homme et toute la création, tout, que tout soit neuf, comme dans le ciel sur la terre aussi, pour qu’elle se réalise la grande union, celle pour l’éternité.

Oh, que personne ne dise qu’elles sont trop grandes, trop difficiles à comprendre ces paroles, puisque le temps est proche, et c’est de la foi qu’on a besoin, de la foi et de l’obéissance pour la préparation de Ma gloire, œuvre du ciel et de la terre également, oh, et elle est grande la mission de l’homme, et Je crie à l’homme, Je l’appelle à prendre de Moi, et à bien apprendre ce qu’il doit travailler et préparer pour la gloire de Ma venue, et pour cette joie on a besoin de renouvellement, et tout se renouvellera, tel qu’il est écrit.


***

Oh, qu’il a été et qu’il est resté magnifique le jour de Ma naissance sur la terre il y a deux mille ans! Oh, qu’il est et qu’il sera magnifique le jour de Ma venue avec les milliers de saints, avec ceux qui M’ont glorifié sur la terre le long du temps par leur vie, par leur amour, par leur foi en Moi! Oh, et ils Me demandent à tour de rôle depuis deux mille ans: «Jusques à quand, Seigneur, Nous T’avons aimé et suivi fidèlement, menés du saint désir. Jusques à quand attendre pour voir le prix de cet amour et de son espoir?».

Oh, jusqu’aujourd’hui, Mes bien-aimés, car voilà, Je suis avec vous et Je Me porte avec Mon amour en parole sur la terre avec vous en milieu, tel qu’il est écrit qu’il vient le Seigneur, et Me voilà, et cela ne M’empêche pas de venir, s’il n’y a pas de foi dans le monde pour que Je vienne, car il est écrit que: «Celui qui est saint qu’il se sanctifie encore, et celui qui se complaît dans l’infamie de ce siècle, qu’il en continue, car Mon jour vient quand personne ne M’attend de venir et de payer à chacun selon son œuvre».

Oh, fils de Ma crèche de parole, Je fais savoir au monde de la terre que Je nais en parole, que Je viens du Père et que Je ne parle pas de Moi-Même, mais que le Père Me donne ce que J’ai à travailler, Il M’en donne tout comme il y a deux mille ans. Oh, combien sont ceux qui M’ont connu alors? Peu, très peu, et les autres, très nombreux étaient la tête dans les nuages, tout comme ceux nombreux, très nombreux de ce temps.


***