Sujets


Punerea pietrei de temelie

Je marque ce jour et Je dis: Il y a vingt-deux ans, au vingt-deuxième jour du septième mois de l’année J’ai établi Mon église à sa place, sur la toute première pierre, et J’ai réjoui les ancêtres saints du peuple roumain, car l’église du peuple roumain a le plus péché entre les fils de l’orthodoxie sur la terre il y a quatre-vingt-dix ans, et elle s’est beaucoup égarée, mais maintenant, Moi, le Seigneur, J’ai pris jeune pousse de son milieu, Je l’ai préparé pour donner du fruit, et J’ai maintenant sainte église au milieu du peuple roumain, et Je la soigne comme Ma chère vigne, et Je fais d’elle de bon vin pour qu’elle l’aie sur la table et que le Seigneur ne lui manque pas.

J’ai pris il ya vingt-deux ans un serviteur fidèle à Ma parole dans le corps de l’église du peuple roumain (Irineu-n.ed.), Je lui ai mis sur le front la couronne épiscopale et Je l’ai amené pour bénir le jardin de Ma parole, depuis l’éternité destiné à Moi, et J’ai béni la pierre de fondation, et la construction de l’arche-symbole de l’église de Nouvelle Jérusalem sur la terre et école de l’enseignement céleste pour les fils de l’église, la plus haute école entre la terre et le ciel, de laquelle Je puisse élever des disciples, et des disciples de disciples, puisque Je ne leur dis pas des professeurs, mais J’appelle des disciples ceux qui enseignent Mon troupeau et ils marchent avec lui sur la voie, et Je leur dis encore des professeurs de religion, pour parler la langue du monde, mais dans Mon langage Je les appelle des disciples avec Maître sur eux, pas à leur gré comme les professeurs de religion sur la terre du monde, qui n’ont pas d’esprit de prophète et de conseiller céleste, pour leur en donner à partager au troupeau.


***

Et à toi, prélat fidèle, celui qui M’a accompagné ici il y a vingt-deux ans afin de mettre la pierre nouvelle pour le renouvellement de toutes choses, fondation sur laquelle Je bâtis l’œuvre de Mon Père pour la naissance de nouveau du monde et pour l’établissement de la Nouvelle Jérusalem sur la terre, tel qu’il est écrit qu’elle vienne et qu’elle soit avec les hommes, c’est à toi que Je dis: Appelle-Moi avec des larmes aux yeux, appelle-Moi en aide pour que Je réveille beaucoup d’hommes, avant la venue des ténèbres. Je sais que tu es enchaîné face au lieu de Ma parole et du peuple de Ma parole, mais Je viens vers toi avec la parole et Je te prie en pleurant: Appelle-Moi en larmes pour réveiller un grand nombre, car tu as choisi de rester entre eux, montrer ton sainte orthodoxie et souffrir en espérant en Ma venue avec la découverte de la vérité de Ma parole, sur ceux qui ne croient pas que c’est Moi cette parole. Tu n’as plus maintenant de pouvoir pour Moi et pour Mon témoignage nouveau et saint pour la vie sainte, mais tu peux pleurer, et Je te donne du pouvoir pour pleurer et M’appeler à l’aide pour l’église du peuple roumain, car elle dort, elle dort et ne veille pas pour Ma venue. Je t’amène ici maintenant, près de la source, mystérieusement Je t’amène ici en ce jour de mémoire, et, voilà, les saints et les parents posent main de bénédiction sur ta tête, pour que tu aies leur pouvoir au moment où tous en auront besoin, en temps d’épreuve pour l’église du peuple roumain, celle qui ne comprend plus sa couleur et son esprit et sa loi venue des ancêtres. Oh, il est loin, loin de Moi le gouvernail de l’église du peuple roumain. Tous les hauts serviteurs seront beaucoup méprisés bientôt, bientôt, après avoir vu la désillusion venue du mélange avec les païens de satan, et ils auront besoin d’aide sainte, car ils ont écrasé la loi sainte des parents, qui les protégeait d’en haut.

Je laisse sur ta tête la grande bénédiction des parents du ciel, du monde éternel de ceux qui ont aimé le ciel sur la terre et Je prononce de la paix d’en haut sur ton cœur et sur ta raison, car ici-bas il n’y a plus de paix que dans Ma parole avec laquelle Je parle au-dessus de la terre et mystérieusement J’en dirige le monde. Oh, paix à toi ! Du milieu du peuple de Ma parole, d’auprès de la source Je te dis: paix à toi! Et toi tu dois dire mystérieusement et avouer devant tous les saints: «Bénis soit le Seigneur, Celui Qui habite Jérusalem!», au milieu du peuple roumain, tel qui est écrit dans les Ecritures sur la place de Ma demeure. Amen.


***

Oh, c’est la fête patronale de l’établissement dans lequel le Seigneur vous a mis, et nous, ceux du ciel, nous sommes à table avec vous. Près de mon jour de fête se tient avec son jour d’entrée dans le ciel le premier disciple de notre Seigneur, l’apôtre André. Nous nous inclinons ensemble devant ceux du ciel et devant ceux de la terre, ceux qui portent notre fête. Nous avons été l’un près de l’autre, témoins du ciel au jour où on a scellé le jardin du Seigneur il y a vingt-trois ans, et vous avez été témoins de la terre, près du prélat témoin, par lequel on a mis par la parole les scellés de la sainteté sur le jardin de la parole, et nous regardons maintenant ce jour et nous avons raison de soupirer.


***

Maintenant je dédie à Toi, Seigneur ce magnifique jour de triple fête, et l’apôtre André a sa prière devant Toi en ce jour, Amen.

— Oh, ouvre les cieux, Seigneur, pour que les fils du peuple roumain puissent Te voir, car j’attends depuis deux mille ans Ta gloire au milieu de ce que j’ai scellé avec Ton nom avant ma venue à Toi par la croix, par la croix avec grand peine, Seigneur. J’ai démontré ma fidélité par des douleurs et par la croix, et maintenant j’attends Ton don, Ta gloire sur la terre roumaine, la joie que je souhaite depuis deux mille ans, Seigneur, et voilà, la joie que je désire depuis deux mille ans, Seigneur, et voilà, la joie naît peu à peu et s’accomplie, et moi j’attends comme tous ceux du ciel le moment où Ton jour de gloire va embrasser le ciel et la terre, et Tes saints vont avoir eux aussi le jour de leur consolation, le jour de la joie. J’ai été Ton témoin au jour où on a scellé le jardin de Ta parole et j’ai établi le pouvoir des portes sur le jardin, pour qu’il soit le Tien et pas pour le monde ce jardin, et Ton prélat de ce temps-là a prononcé parole qui scelle et elle s’est justement accomplie Ta volonté, par nous, dans le ciel et sur la terre en même temps en ce jour de témoignage.

Oh, mon frère prélat, n’oublie pas, n’oublie pas le magnifique moment lorsque tu as eu service mystérieux auprès de ceux du ciel en ce jour, lorsque on a écrit ta parole sur ce jardin afin de le sceller. Tu es écrit au ciel avec ce jour et personne ne peut y monter pour essuyer ton nom du livre de ce jour-là. Oh, tiens-toi dans le livre avec l’esprit de ton cœur, car on ne peut rompre cette page du livre. Je supplie maintenant le Seigneur de t’envelopper de l’esprit de la foi que tu as eue ce jour-là, et toi tu dois lutter selon ce que je demande pour toi dans ma prière devant le Seigneur.

Oh, Seigneur, glorifie-Toi en lui pour Toi, car il a été Ton témoin et on a écrit alors jour de témoignage au ciel et sur la terre, et moi je m’incline en ce jour, jour de grande fête, triple fête, Seigneur, Amen.


***

Voilà descendre la fête et la parole au-dessus de la cité du Seigneur sur le foyer du peuple roumain. Nous ouvrons à la fête d’aujourd’hui, nous ouvrons le livre, les fils des portes, puisque Je viens avec les saints, c’est le Seigneur Qui vient à la fête avec l’armée céleste.

Je vous habille de pouvoirs célestes, Je vous donne de la force, Je vous en donne, les fils, et nous mettons dans la cité et dans le livre jour de fête et de mémoire sainte, le jour où J’ai mis le nouveau début d’église sainte et selon Ma volonté, et il s’est inscrit dans le ciel ce début-là, et il y a des témoins célestes qui ont participé à Mon œuvre pleine de grâce de ce-jour-là, lorsqu’avec une poignée de témoins de la terre, et avec Mon archevêque fidèle à Mon travail, renouvelé alors, J’ai préparé le conseil d’édification et J’ai mis à cette fondation sa pierre, la pierre avec laquelle J’ai commencé en 1955 Ma parole, Ma parole au-dessus de la terre, et après trente-cinq ans, Je vous ai dit à vous, ceux qui étiez alors Mes témoins fidèles, Je vous ai dit de Me mettre de côté le jardin secret, et vous, ses gardiens, pour poser ensuite dans le petit jardin la pierre de fondation, début de Nouvelle Jérusalem à la vue de tous, le Seigneur victorieux par l’œuvre de Sa parole, établie sur la terre par Sa trompette, par Ma Verginica, les fils, et vous des témoins disciples, et voilà, vous êtes avec Moi depuis ce temps, jusqu’aujourd’hui, et vous travaillez pour Moi avec fidélité, vous M’accueillez quand Je viens au-dessus du petit jardin avec la voix de Ma parole, pour la mettre dans le livre, témoignage de Mon travail avec vous, et voilà, c’est la fête aujourd’hui, vingt-sept ans depuis la mise de la pierre de fondation, sur laquelle J’édifie Ma cité de venue, la cité du Seigneur, les fils.


***

J’ai eu une grande joie il y a vingt-sept ans. J’ai mis avec de la grâce et du pouvoir d’en haut la pierre de début d’un peuple beau et saint et constant dans l’amour, parmi les vagues de toute sorte venues pour mettre à l’essai l’amour, et J’ai eu en son milieu alors, tout secrètement, un archevêque du temps, que J’ai pris à Mon sein et Je lui ai donné du ciel, et Je l’ai paré d’en haut, et Je l’ai fait témoin et parole qui sanctifie et qui met le sceau sur le nouveau début dans Mon jardin, celui choisi pour Moi, et ensuite témoin de l’édification et de la consécration du lieu et de la petite pierre blanche, élevée à la vue de tous dans le jardin, symbole de l’église de Nouvelle Jérusalem, sur le foyer du peuple roumain. Oh, ensuite ils se sont élevés les archevêques incroyants et l’ont affaibli totalement, tant qu’il a été le premier qui ait chancelé dans la fidélité et qui M’ait quitté, après que Je l’aie élevé au rang de grand serviteur, favorable pour Moi en ce temps-là, et voilà, Je lui rappelle maintenant et Je lui dis de ne point s’étonner, de ne pas se demander et s’étonner du chancèlement de beaucoup d’entre Mes témoins ensuite, Mes témoins d’alors à l’édification du nouveau début, du moment que c’est lui-même qui a été le premier à se débarrasser de Mon secret, qu’il avait porté aussi longtemps, mais ce secret est resté vif, et Moi J’avance avec lui, avec Mon secret, car cet archevêque a prophétisé alors et c’est ainsi qu’il a dit: «avec moi ou sans moi elle va progresser l’ouvre de la parole, parole que ce n’ai pas moi à l’avoir instituée pour actionner».

Oh, elle marche Mon œuvre, elle avance puisqu’elle vient du ciel, mais ils ne lui sont pas restés fidèles ceux d’alors qui appartenaient à Mon engagement avec eux. Oh, Moi J’avance par des pousses, par des rameaux, c’est par eux que Je marche, car Je suis le Seigneur et Je travaille et Je ne reste pas sur place, de siècle en siècle Je travaille, mais ceux qui n’obéissent pas et n’ont pas de persévérance auprès de Moi jusqu’à la fin, ceux-là perdent tout d’abord la raison et tombent ensuite de Dieu, et lorsqu’ils tombent ils n’ont plus peur de Dieu,


***

Dès l’aube Je Me tiens prêt avec table de parole pour M’inscrire dans le livre avec le souvenir de ce si grand jour dans le ciel et dans le temps, et Je suis à la veille avec les saints et les anges, fils de la cité de Ma parole, fils qui êtes encore restés avec Moi, oh, et Je suis avec des témoins du ciel et de la terre pour parler et témoigner de Ma venue en parole sur la terre maintenant, après deux mille ans depuis Ma venue en chair, car Je suis venu du ciel envoyé pour M’incarner et Me rendre homme entre les hommes, et pour accomplir la volonté du Père, à savoir de venir après l’homme, pour qu’ils Me voient les hommes et qu’elle reste la vérité de Mon incarnation, car J’ai été Dieu-l’Homme trente-trois ans sur la terre des hommes, et Je Me suis élevé ensuite au Père et Je suis à Sa droite, à Ma place depuis l’éternité, oh, et Je descends de nouveau d’auprès du Père, et Je parle tel que Je parlais avec Moïse, avec Samuel, avec les fils de l’humilité et de la foi en Dieu, avec les doux et humbles de cœur et pleins d’humilité d’esprit, avec Ma Virginie, avec laquelle J’ai commencé Ma parole sur la terre, et après vingt-cinq ans de parole, je l’ai prise au ciel en grand témoin, et il y a trente ans Je suis descendu avec elle et avec d’autres témoins célestes, et J’ai mis la pierre de fondement, le commencement de la cité visible de Ma parole, Ma cité capitale sur le foyer du peuple roumain, oh, et Nous voilà à table de parole, fils avec lesquels Je suis resté après le jour de témoignage écrit au ciel avec des lettres chères à Dieu, le jour de 22 du septième mois de l’année 1991 après le Christ, le jour où le Père, le Fils et le Saint-Esprit ont béni l’apparition de la pierre blanche, annoncée dans les Ecritures, sur la terre, le symbole saint, le témoignage de l’œuvre de Ma parole et de son fruit travaillé par Ma trompette Virginie, la semence du commencement de Ma peine pour élever un peuple pour Moi, seulement pour Moi, et aller en avant, avancer avec Ma venue en parole sur la terre, et voilà, Je marche, et Je vous dis en ce jour de sainte mémoire: Paix à vous, Je vous dis à vous, Mes fils, à ceux avec lesquels Je suis encore resté pour aller et pour que ce sois Moi la Voie!


***

Ce jour de mémoire a dans le ciel tout son tableau celui d’il y a trente ans, lorsque Moi, le Seigneur, Je suis descendu avec les anges et les saints et avec Ma trompette Virginie, et J’ai mis la première pierre de fondement de la cité de la parole de Dieu, cité de témoignage, prophétisée pour être, et c’est pour cela qu’elle existe, et elle sort peu à peu de son mystère, puisqu’elle est gardée et apparue pour l’éclairement des peuples, tel qu’il est écrit, et c’est d’elle qu’elle sort la rivière de Ma parole, et la parole est la lumière des peuples et elle éclaire dans les ténèbres, comme il est écrit.

Ce jour de joie est aussi jour de douleur, car quelque grande a-t-elle été pour tout le ciel saint la joie d’il y a trente ans, oh, tout aussi grande est maintenant sa douleur entre ceux du ciel et ceux de la terre restés sous Ma croix d’aujourd’hui, celle qui porte Ma parole sur la terre. J’ai devant le trône de la Trinité divine, J’ai la photo du jour où elle a été mise à sa place la pierre de fondation du Saint des Saints de la Nouvelle Jérusalem, et cette pierre a eu liaison avec le commencement de L’œuvre de Ma parole, avec Ma trompette Virginie. Elle a été et elle est la pierre sur laquelle Moi, le Seigneur, J’ai bâti le long de vingt-cinq ans Ma voie vers les hommes, Ma parole sur la terre, premièrement pour un peuple secret, et ensuite, du moment où elle a été enlevée auprès de Moi dans les cieux, il y a eu ensuite Ma marche au-dessus de la terre, des extrémités aux autres extrémités, après avoir fait libre voie pour aller, pour passer les frontières d’ici et pour sonner partout, en M’annonçant Moi-Même comme Voie sur laquelle l’homme peut aller avec sa vie, et avoir comme fruit la vie éternelle ensuite.

Cette photo du jour d’il y a trente ans est maintenant dans le ciel un souvenir douloureux, car ensuite ils se sont séparés d’elle ceux de ce jour de témoignage et ils ont changé la marche de leur vie et la voie, oh, car pas tous ont aimé, et c’est pour cela qu’ils sont partis, et s’ils n’ont pas aimé jusqu’à la fin ils sont finis eux-aussi de la voie et ils n’y sont plus, ils sont loin dans un sommeil propre à eux, choisi par eux pour pouvoir partir de l’œuvre des mystères célestes du travail de Ma parole portée au-dessus de la terre, dont le but ils ne comprennent plus, mais seulement au moment où ils verront le fruit accompli, car Moi, le Seigneur, Je ne parle pas en vain, tel qu’ils aimeraient croire maintenant.

Il est très douloureux ce souvenir mais il est avec consolation aussi pour Moi, puisque Je marche et Je travaille avec ceux qui sont restés et Je fais augmenter le nombre de Mon peuple, auquel Je donne toujours conseil de vie, toujours, toujours Je lui en donne, et Je veille attentivement, oh, et heureux ceux qui veillent eux aussi pour leur vie avec Moi et agréable pour Moi, après avoir vu qu’il est facile de tomber d’auprès de Moi par celui qui ne veille pas, oh, car il y a beaucoup de ceux qui sont tombés, s’ils ont travaillé autre chose plutôt que c’est la vie de ceux qui marchent avec Moi sur la voie jusqu’au bout de la marche, et ensuite jusqu’au fruit pour la marche.

Oh, fils restés avec Moi de ceux présents au témoignage du jour d’alors, oh, Mes fils, Je vous ai dit souvent que vous n’avez personne sur la terre pour vous protéger, pour vous couvrir et vous fortifier pour Mon travail en vous. Vous avez été quittés dès le début, premièrement par le serviteur qui a été près de vous d’entre les prélats de l’église de ce peuple, car il a été guetté par les envieux et il a été forcé de fuir, de ne plus rester de Mon côté et du vôtre, et de ne plus continuer à témoigner pour Moi. Oh, il s’est enfui d’auprès de vous celui qui devait vous garder des loups, il s’est enfui de peur, il s’est enfui, le pauvre, dans la gueule du loup. Il a été forcé de s’enfuir et de vous laisser sans défense, comme le berger impuissant qui ne met pas sa vie pour ses moutons. Mais Moi, J’ai fermé la gueule du loup, et J’ai accompli par vous la prophétie restée de la bouche de Mon prélat, lorsqu’il est parti d’auprès de vous et quand il a avoué que cette œuvre de parole restera en travaillant sur sa voie et avec sa marche, elle persistera et marchera sans lui, car ce n’est pas lui à l’avoir mise sur la voie, mais c’est Moi, le Seigneur, Qui l’ai mise à marcher. C’est Moi Qui l’ai commencée, et c’est Moi Qui marche, oh, et elle s’accomplit cette prophétie.

Les fils, les fils, il s’est enfui le prélat fidèle à Moi alors, il s’est enfui, car les successeurs de la méchanceté de l’église de ce peuple font le jeu de l’antéchrist, celui qui règne depuis longtemps pour gâter les règles saintes et pour qu’il reste lui seul ensuite. Oh, mais Moi, le Seigneur, Je Me suis élevé comme un brave et J’ai Mon œuvre de parole avec laquelle J’affaiblis le pouvoir ennemi, car il est écrit que c’est le Christ le Vainqueur, et pas l’antéchrist, pas satan, et voilà, c’est Moi, oh, et c’est vous aussi, ceux qui vous tenez sous la garde de Ma parole, pour la mettre sur la tête de tous les ennemis, oh, Mes fils, et il n’y auront plus d’ennemis, puisque tous ceux de la terre vont languir après cette eau vive, après le salut venu par elle, et encore un petit peu et on va voir cela.

Les fils, les fils, ceux qui n’ont pas supporté jusqu’à la fin, comme il est écrit de ceux avec Dieu sur la voie, oh, ceux-là n’ont pas compris avec leur raison ce que c’est cette œuvre de parole de Dieu au-dessus de la terre, oh, et ils sont sortis de son accomplissement, qui aura à son bout son fruit, mais aussi sa douleur pour ceux qui n’ont pas souffert avec Moi, pour M’aider sous la croix, pour Me donner des forces sous la croix, oh, car Je suis fatigué d’attente et Je suis endolori, les fils, et Je regarde le portrait de ce jour de mémoire et J’en ai mal, et vous êtes comme Moi et vous mettez grande peine pour que Je puisse Me garder un peuple avec l’esprit de la fidélité envers le Seigneur, et vous veillez pour cela, oh, car on a besoin de beaucoup de renoncement à soi pour qu’il vienne l’amour de Dieu dans ceux qui viennent de leur bonne volonté et pas obligés des cotés pour connaitre, pour aimer le Seigneur par cette parole, car il y a des Ecritures à accomplir, et Moi Je suis peu aidé de la terre, car autrefois Je travaillais par les saints de la terre. Mais maintenant Je n’ai plus de telle richesse, un tel abri, où Je puisse M’arrêter et laisser Mon fardeau, et encore partager l’œuvre à travailler qui ne doit pas s’arrêter de son travail, il ne faut pas que le Seigneur s’arrête du travail, oh, les fils.


***