Utilisation de ce site est soumise aux Conditions d’utilisation du site.


La Parole de Dieu à la Fête de l’Assomption de la Sainte Vierge

J’essaie de M’installer sur la voie devant les armées célestes, préparées pour la fête avec de la gloire pour Ma mère la Vierge, oh, et Je trouve des plaies sur la voie, et Je commence à les panser, pour réparer Ma voie, puisque l’esprit adversaire a barré avec de la guerre la voie de ce jour de Ma gloire avec ceux des cieux ici, avec le peuple mis en route lui aussi, pour se réunir à la fête d’aujourd’hui dans les jardins d’ici.

Oh, esprit adversaire, qui te donne du pouvoir sur Dieu? J’ai ici jour de fête avec de la gloire, Moi, Dieu et Maître sur tout et sur toi aussi, et Je te dis maintenant de laisser tomber tes fourberies et de faire place à Mon ordre et à Mon pouvoir sur toi, pour mettre la table de parole et nourrir ceux réunis ici, car J’ai peuple venu à la fête, et toi, écarte-toi avec ta méchanceté, c’est cela que Je te dis!

Je panse maintenant Mes plaies, Je répare Ma voie et Je viens pour être avec toi, peuple de Ma parole, oh, mais prends soin de Moi et de toi, et apprends comment faire pour l’avoir ce soin, car voilà, le diable peut lui aussi, et il est troublé de colère et il s’efforce d’interrompre Ma voie, mais aide-Moi toi aussi.

Oh, aidez-Moi vous, vous ceux qui voulez Me suivre, de peur que Je ne devienne pas Moi aussi impuissant pour vous. Donnez du pouvoir à Dieu pour qu’Il puisse agir pour vous, les fils, oh, et soyez sages, sages face à face avec la mauvaise volonté du diable, alors qu’il lutte pour vous entourer des côtés et affaiblir Ma force aussi, celle pour vous, au moment où vous n’aideriez pas le Seigneur d’être avec vous et pour vous.

Oh, et maintenant, les puissances célestes sont à côté de Moi et Nous commençons la fête et Je lance Ma parole sur elle et Je dis: Paix à vous! Paix à ceux venus des cieux, et paix à vous, ceux réunis pour Ma mère la Vierge!

Oh, ouvrez-vous, les fils, pour apprendre comment faire pour être avec Dieu dans la lutte avec satan. Moi, le Seigneur, Je vous dis: Soyez bien venus à la fête!

Et voilà ce que Je vous apprends: Prenez soin, les fils, grand soin de la façon dont vous pensez lorsqu’elles vous viennent des pensées pour les mettre au travail ensuite, lorsque vous parlez ou lorsque vous vous taisez, lorsque vous travaillez avec l’esprit ou avec le corps, lorsque vous stationnez ou vous marchez, lorsque vous vous rencontrez ou vous vous séparez, oh, faites attention de ne pas tomber en faute par la pensée ou par la parole, ou par l’attitude, par le jugement ou le non jugement des choses, par les sentiments de l’amour ou ceux du manque d’amour, par l’action ou par le pas, par la foi, les fils, oh, par la foi, car c’est elle qui est la plus atteinte de vous-mêmes, quand vous n’accomplissez pas en toute beauté et en entier toute Ma parole, qui veille sur vous et pour vous.

Soyez attentifs avec le dévouement ou le non dévouement, pour ne pas tomber en faute envers vos âmes et celles de vos semblables, les fils, car les âmes ont besoin d’éternité pas de vie passagère et de ses choses, puisqu’ici–bas vos âmes sont errantes et étrangères et elles ont la nostalgie de leur lieu de naissance, elles souhaitent la douceur d’en haut de Mon sein, de Mon dedans. Oh, Je vous dis cela afin que vous soyez attentifs quand vous vous réunissez, car rien ne se perd, ni de mauvaises, ni de bonnes, mais cela s’amasse, les fils, pour vous ou contre vous, et si vous ne prenez pas garde, vous allez vous faire mal tout seuls, vous allez être vos propres ennemis, oh, les fils.

Oh, vous ne savez pas combien et quand Je parle de vous et J’apporte des informations sur vous, mais apprenez à les recevoir et à attirer des anges auprès de vous, pour votre garde tout le temps, les fils, car si un instant seulement le diable vous voit sans des anges, il vient avec les siens, il se vante avec vous, et vous remplit de faiblesse, qui lui sont favorables en vous et entre vous.

Oh, Je dois vous conseiller, même s’il est si grand maintenant ce jour et la gloire de la fête, que nous avons établie d’en haut et d’en bas, avec toutes ses épreuves ou ses joies, mais Je suis votre Dieu et J’ai cette veille et ce devoir et voilà, Je vous montre que J’en ai.

Oh, les fils, aimez la garde des anges avec vous. N’allez pas seuls, ne vous laissez pas sous la garde du mauvais esprit, ne fuyez pas les anges! Celui qui va seul transgresse l’ordre céleste que J’ai établi sur l’homme. Quand tu vas seul à cause du manque d’amour, tu accomplis la volonté du satan, Mon fils. C’est ainsi qu’il apprend à l’homme à se cacher, il l’apprend le mécontentement, le besoin de ne pas être vu avec ses faits cachés, mais que Je vois, Moi, le Seigneur, choses que Je vois et que Je connais. Oh, c’est ainsi que le diable apprend au chrétien, mais voilà, qui pourrait ne pas être vu de Dieu, lorsqu’il se cache, lorsque le Seigneur voit que l’homme se cache? Oh, et le diable vient ensuite et montre du doigt vers le péché caché aux autres, afin qu’il ne soit pas vu avec les siennes.

Oh, Je vous donne encore un grand conseil, et vous serez grands si vous l’accomplissez, et si non, vous serez désobéissants à la parole. Les fils, les fils, ne soyez pas fâchés les uns contre les autres, les uns des autres, car il est dangereux pour l’âme, les fils, et l’amour d’en haut se perd, celui dont l’âme a besoin devant Dieu, pour pouvoir passer vers Lui. Oh, si quelqu’un qui est fâché contre un autre ou contre les autres, quitte la chair pendant la discorde, il n’est pas reçu devant le Seigneur, il doit souffrir ne pouvant pas entrer à Dieu, car il est écrit: «Fais d’abord la paix avec ton frère», autrement la porte vers le Seigneur ne s’ouvrira pas avec ton cœur, avec ta prière, avec n’importe quelle offrande pour ton passage vers ceux qui sont invisibles. Le diable a besoin d’un seul instant de ta désobéissance et, ça y est, il te mène vers l’incompatibilité avec ceux des cieux, car le manque de l’amour céleste sépare le chrétien de Dieu et des frères. Et si on se trouve toujours sans cet amour, le diable vient et il prend tous à sa droite et il les ligote, pour ne pas s’échapper ceux dépourvus de l’amour céleste, l’amour sans faute, les fils.

Et encore un enseignement pour votre savoir, et Je laisse le fond de la fête couronner les conseils d’aujourd’hui pour vous. Oh, les fils, laissez les anges se tenir en vous et apporter le ciel en vous! Mais vous allez dire: Comment l’ange entre-t-il dans l’homme? Oh, les fils, si le diable entre dans l’homme, comment le fait-il? Il faut ensuite que l’homme fasse appel à la prière d’expulsion des diables, tel qu’il est écrit qu’on peut faire sortir les démons de ceux où ils sont logés. Mais les diables ont pris des leçons des anges, au temps où ils étaient eux aussi les anges de Dieu et ils habitaient dans l’homme celui premièrement bâti, comme des serviteurs.

Les anges entrent dans les hommes avec leur pouvoir et leur œuvre et ils s’habillent en homme les anges, et J’ai dit à Mes disciples qu’ils seront vêtus du Saint-Esprit, de la joie éternellement, et là où il y a le Saint-Esprit, Il prend du Seigneur et Il remplit l’homme de grâce, de parole de désir saint, et le Seigneur a du logis dans l’homme. Mais si le Saint-Esprit ne se trouve pas dans l’homme, il est désert, tout à fait désert, il est lourd devant le Seigneur l’homme désert de l’Esprit, et Je M’en vais de lui et Je Me donne à celui qui a déjà, tel qu’il est écrit.

Et encore une demande de Ma part pour vous: Oh, les fils, qu’elle ne trouve pas de place en vous la protection de soi, c`est-à-dire la disculpation, le mot qui montre le manque d’humilité, le manque de repentir. Ce sentiment et son œuvre ne sont pas de la voie avec le Seigneur, mais de l’enfer, et les fils de Dieu doivent s’accuser soi-même, non pas se justifier, oh, et on doit accomplir le plus entièrement possible cet enseignement, le savoir par cœur et le travailler ensuite, pour que le diable faiblisse et qu’il s’en aille de vous, car autrement il ne vous laisse pas sans faute.

Je vous donne en ce jour tous ces enseignements puisque le diable a fait des plaies sur la voie de Ma venue avec les saints et avec la fête pour Ma mère la Vierge, les fils. Mais Moi, J’ai pansé et J’ai soufflé, J’ai mis au travail Mes puissances célestes et Je suis passé vers vous, pour vous apporter de l’enseignement, les fils, et vous, ne soyez pas curieux en vous-mêmes, en vous troublant par des questions sur l’oppression, celle du diable, mais voilà pour vous une exhortation sainte, qu’il soit protégé Mon pouvoir en ceux que J’ai mis au travail pour Moi, et qu’on n’en morde pas, puisque c’est pour toi, Mon peuple, que Je mets des forces entre Moi et toi, car autrement tu ne serais plus Mon peuple, et à cause de la guerre du diable, tu n’existerais plus.

Oh, Ma mère, c’est avec pitié que Je les ai relevés, pour qu’ils Nous portent la venue et la gloire de la fête, Ma mère. J’ai l’onguent et le pansement à la main et Nous devons renforcer le pouvoir qui Nous porte. Allons mettre des consolations sur les plaies, allons les soigner et les protéger, Ma mère!

— Oh, mon Fils Jésus, qui dans les cieux, qui serait celui qui ne comprenne pas Notre difficile marche, pleine de blessures et d’embarras? Nous sommes avec la consolation et la douceur sur ceux réunis à la fête ici. Tout l’ordre de la fête parle d’une seule voix à ceux des cieux et à ceux de la terre. Le jour de ma venue auprès de Toi et auprès de ceux du ciel a couronné tout mon repos et je peux agir par lui pour ceux qui Nous aiment sur la terre, mon Fils bien-cher.

Les voilà, ils se sont réunis pour la fête! Oh, bénissons leur amour et la fidélité, exhortons-les à se laisser faits logis du Saint-Esprit et de diverses sortes d’œuvres et de grâce! Oh, écoutons tout ce qu’ils mettent devant Nous pour Nous réjouir, pour Nous consoler, mon bien cher Fils!

Oh, venez, les fils, venez à mon Fils, Jésus-Christ! Et si vous venez, oh, apprenez à rester en Lui, pour avoir Son amour.

Je vous embrasse et je vous serre contre mon cœur. Je m’incline devant la beauté réservé à Notre accueil, à Notre arrêt ici. Nous recevrons la consolation préparée pour Nous maintenant dans ce jardin. Ouvrez votre intelligence pour toute la parole de mon Fils Jésus-Christ, que vous devez accomplir pour pouvoir être Ses fils. Levez de la guerre contre le diable, une guerre toute neuve contre lui, pour qu’il ne puisse pas voir votre lutte arrêtée, même pour un instant. Oh, apprenez, apprenez à croire, en accomplissant la parole de mon Fils! Amen.

— Oh, Ma mère, allons bénir la voie de retour vers leurs maisons maintenant, Ma mère! Allons les entourer du ciel, Ma mère, car sur la terre il y a des pièges, pour les Miens! Et nous, apprenons à les attendre encore et encore, Ma mère.

Tout le ciel s’incline, tous ceux des cieux s’inclinent pour la joie mise devant Nous, fils qui avez préparé cet arrêt. Oh, paix à vous! Qu’il entende le mauvais esprit: Paix à vous!

Je viendrai encore et encore et Je vous soutiendrai dans les douleurs et dans tout Mon travail avec vous, oh, les fils. Amen, amen, amen.

28-08-2019

La Parole de Dieu à la Fête de la Transfiguration du Seigneur

Oh, les fils, Je regarde vers vous et Je vous cherche pour pouvoir prononcer Ma parole, car Je suis plein de parole, son grand fruit déborde et Je Me fais rivière de parole, et elle coule Ma parole comme la rivière, et Moi, le Seigneur, Je vous cherche pour que vous la mettiez dans le livre, afin qu’elle ne se perde pas, qu’elle ne coule pas en vain, oh, non, mais que Je vous la confie et que vous lui donniez libre cours au-dessus de la terre jusqu’aux extrémités, puisque Je ne pourrai pas montrer Ma venue, jusqu’à ce que Ma parole ne sera pas annoncée jusqu’aux extrémités, c’est ainsi qu’il est écrit.

Et maintenant Je suis venu chez vous, les fils, Je suis en cachette avec vous, et J’annonce Ma parole par vous, et Je crie par elle pour qu’ils M’entendent tous ceux de la terre, tous, fidèles ou infidèles, droits ou pécheurs, et elle va comme l’éclair Ma parole, elle entre partout et elle travaille mystérieusement et avec force, à condition que Je puisse la mettre dans le livre, et vous sur la voie ensuite, et que vous M’obéissiez tout comme Mes disciples d’alors M’ont obéi, et auxquels J’ai dit Mes paroles, leur demandant s’ils savaient qui J’étais, et Pierre M’a reconnu le Christ de Dieu, Je lui ai dit ensuite que Je le suis en vérité, et que Je serai dénié par les prêtres et les scribes et les vieillards, et Je serai crucifié et Je ressusciterai après trois jours, et Je leur ai dit encore que si quelqu’un veut Me suivre, qu’il se renonce, qu’il prenne sa croix chaque jour et qu’il Me suive, même s’il devrait perdre sa vie pour Moi, car c’est ainsi qu’il la gagnera ensuite pour Moi. Oh, et Je les ai amenés ensuite avec Moi et Je suis monté avec eux sur la montagne pour la prière, et Je priais le Père avec tant d’esprit et de feu que Je Me suis transfiguré devant eux, et Ma chemise resplendissait, et Je parlais avec Moïse et Elie au sujet de Ma croix, sur l’outrage que Je devais supporter à Jérusalem, oh, et ils ont vu Ma gloire alors, et ils ont vu la nuée de la gloire qui nous avait couverts et de laquelle le Père leur a dit: «Celui-ci est Mon Fils auquel vous devez obéir». Oh, et il est passé ce moment merveilleux pour eux et Je leur ai dit de se taire sur ce sujet, jusqu’à ce qu’il viendra le temps de pouvoir le raconter à tous, et il est resté dans la mémoire ce moment-là, les fils, tout comme Moi et Mes disciples.

Oh, voilà ce que Je vous dis: ceux qui se renoncent et prennent leur croix tous les jours en Me suivant, ceux-ci doivent ainsi vivre et demeurer sur la terre entre les hommes, qu’ils soient dignes de mémoire éternelle ensuite, car voilà, ils sont d’heureuse mémoire dans l’histoire et pour leurs descendants tous ceux qui ont été grands entre les hommes, soit comme des hommes importants, soit comme des fils et serviteurs de Dieu, des faiseurs de miracles et des bienfaiteurs pour la foi en Dieu de leurs descendants.

Oh, ceux qui partent de la terre et on ne fait pas mémoire d’eux entre les hommes, c’est parce que leur vie n’a pas produit un écho inoubliable, mais oh, qu’ils sont heureux dans les cieux ceux dont on fait mémoire sur la terre, oh, qu’ils sont heureux ceux-là et le ciel de saints, qui grandit en nombre et en gloire! Car voilà, Moïse et Elie, ils ont travaillé avec le Seigneur sur la terre et pour Sa gloire, et ils sont mentionnés près du Seigneur ces grands et merveilleux saints.

Oh, Mon peuple tant nourri avec la parole de Ma bouche, tant merveilleusement, oh, les fils, apprenez de Moi, car voilà combien de parole, combien de Ma gloire il y a avec vous! Oh, apprenez d’être grands, d’être comme Moïse, comme Elie, comme Moi, les fils, que vous soyez petite cloche à travers le temps, apprenez cela! Apprenez à faire ainsi que les hommes changent en vous regardant, maintenant et ensuite ! Oh, tels ont été Mes saints d’heureuse mémoire, avec lesquels Je Me porte et Je viens chez vous et qui M’ont accompagné dans Mon œuvre sur la terre, tout comme maintenant dans les cieux.

Oh, les fils, soyez les fils des fêtes saintes, des jours du ciel et de leurs mémoires sur la terre, vous ceux qui aimez Dieu en prenant votre croix chaque jour, pour la marche avec Lui, avec Celui Qui porte la croix, les fils. Oh, faites attention à tout instant pour que vous ne vous aimiez pas toujours vous-mêmes sur la voie avec Dieu ! Oh, faites attention de ne pas tomber de cette voie, de ne pas faire semblant que vous aimez Dieu, et rien que cela, car l’amour, lorsqu’il existe dans l’homme, c’est Dieu Lui-Même, et si le Seigneur n’a pas le droit dans l’homme, cet amour c’est l’amour de soi dans l’homme, et ce n’est pas lui le vrai amour, et voilà, les hommes qui cherchent Dieu ne savent pas comment faire pour suivre le Seigneur, pour être ensuite de Sa part, et non pas de la part de Son ennemi et celui de l’homme.

Tout ce que l’homme travaille par lui-même et pour son fruit sur la terre, oh, tout cela le conduit à la perte avec tout ce qui lui appartient. Et si ce n’est pas ainsi, alors dis-Moi, toi homme, que ce n’est pas vrai, dis-Moi si le travail fait pour toi te conduit à quelque chose de bon, qui reste avec toi ensuite. Et Je te dis encore, homme, que tout ce que tu travailles avec le Seigneur et pour le Seigneur, et pour les Siens, tout cela t’appartient, et tu auras une grande joie si tu sais te réjouir de celles qui seront les tiennes ensuite, puisque le Seigneur les garde pour toi et pour ta mémoire sur la terre et dans les cieux entre les saints. Oh, et c’est pour cela que Je viens et Je te dis ces mystères de ton éternité avec le Seigneur, et Je te dis que là où se trouve ton trésor, justement là-bas il y a ton cœur, tel qu’il est écrit.

Oh, les fils, prenez soin de vous garder les Miens, évitez les dangers venus de la part du diable. Ils viennent quand vous vous séparez de Moi, les fils. Oh, Je vous ai toujours appris que Je ne doit pas manquer de votre pensée ni de votre action. Oh, les fils, les fils, le jeûne et la prière que Je vous ai donnés à travailler et à les lever vers Moi, pour accueillir Ma venue chez vous, et de chez vous sur toute la terre, oh, ceux-ci vous protègent de dangers, d’impuissance, de maladies, de douleurs venues du diable, de toute sorte d’ennemis visibles et invisibles, de la chute d’auprès Dieu, de tout cela vous protègent-ils, les fils. Vous êtes tout le temps au milieu du danger sur la terre, car vous êtes des chairs d’hommes, pas autre sorte de chairs, tel qu’il est écrit que l’une est la chair des oiseaux, une autre celle des poissons, et encore autre celle des hommes. Oh, et pourquoi ne comprend-on le motif pour lequel cette chose on a dû être écrite dans les Ecritures?

Oh, les fils, les fils, il y a toute sorte d’œuvres venues sur les hommes, oh, et les hommes ne savent pas les distinguer, et se discerner entre eux, entre les chairs, les fils, entre relation et relation des hommes avec les hommes. On reconnaît l’œuvre de Dieu selon son travail. Elle ne peut être autre que celle qui s’occupe de la stature de l’homme, celle agréable à Dieu, et c’est par cela que l’on reconnaît qu’elle vient de Dieu, et qu’elle apparaît entre les hommes au nom de Dieu. Mais quand l’homme reste toujours en lui-même et dans ses péchés, et c’est toujours ainsi qu’ils meurt, après l’œuvre sanctifiante venue de Dieu pour travailler sur son cœur, sur son esprit et sur l’action de la vie ensuite, oh, cela signifie que l’homme ne veut, qu’il ne peut aimer Dieu, qu’il ne Le reçoit pas, qu’il est entêté devant le pouvoir de Dieu, et il ne se laisse pas guéri du péché favorable au diable dans l’homme. Alors le Seigneur quitte un tel homme dans les ténèbres du dehors, du moment que celui–là ne se laisse pas abordé par le Seigneur et voilà, les fils, l’amour de Dieu ne peut être n’importe comment dans l’homme. L’amour signifie Dieu, non pas l’homme, oh, non, les fis. Il ne signifie pas l’homme qui s’aime soi-même, en aimant-dit-il ainsi Dieu, en aimant sans savoir ce que cela signifie Dieu dans l’homme et avec l’homme sur la voie, oh, et qu’ils sont peu ceux qui savent ce que c’est l’amour de Dieu dans l’homme, qu’ils sont peu sur la terre!

Oh, comment ferais-Je le changement? Je le ferais dans un instant, partout et sur tout, mais l’homme s’y oppose avec sa raison et ses faits. Comment pourrais-Je ne pas pleurer en voyant l’obstacle mis par l’homme, entre Moi et lui? Comment les fils, comment ne pas pleurer, comment? J’ai bâti l’homme pour avoir Mon siège en lui avec Mon amour, avec Ma volonté en lui, mais il Me sépare de lui pour sa propre volonté, toujours, il fait toujours cela. Je ne l’oblige pas qu’il soit Ma volonté, mais Je ne peux Moi non plus, Me tenir pour lui face à face avec Mon ennemi et le lui, dont il fait toujours la volonté en lui.

Je reste avec les larmes au visage à la suite de l’homme qui écoute du diable, mais voilà, son calcul ne lui réussit pas puisqu’il obéit au diable. Et si tu transgresses Ma parole, lorsque Je te la donne pour l’accomplir devant Moi, oh, comment ça se fait que ta raison ne voit pas que tu accomplis la volonté qui M’est contraire, autre que la Mienne, celle que Je te prie de l’accomplir, allant toujours à ta suite, homme froid envers Dieu?

Oh, tout homme cherche et veut qu’il soit estimé, considéré droit, mais il n’est pas juste qu’il souhaite cela. Oh, change-toi, homme, ou laisse-Moi de la faire Moi-Même! Cherche une autre douceur à la place de celle qui vient du péché et de la volonté, celle qui amène la perte de la vie en toi. Sois attentif à ce que tu donnes comme nourriture à ta raison, donne-lui de l’esprit de l’éternité. Oh, fuis la vie passagère, car la vie éphémère passe et tu passes avec elle, et tu n’auras ni abri, ni salut et tu vas pleurer après la fraicheur, après de l’appui, après de la protection, après du repos tu vas pleurer, puisque c’est seulement le Seigneur et ceux qui L’aiment qui vont rester, et les autres tous vont pleurer pour leurs péchés non arrêtés, sans pitié pour Lui sur la terre, et ensuite.

Oh, si Moise et Elie M’ont donné leur vie, Je la leur ai rendue éternelle, de la vie éternelle Je leur ai donnée, oh, et Je travaille avec eux pour ceux d’avant eux et pour ceux d’après eux, et Nous allons travailler ainsi jusqu’à la frontière entre le passager et l’éternel, et on fait toujours mémoire de ceux qui Me donnent leur vie pour Mon besoin.

Et vous, les fils, priez sans cesse, et avec une telle joie réjouissez-vous, car c’est elle qui vous rend grands pour Moi, les fils. Oh, qu’il ne vous semble pas difficile de prier sans cesse! Oh, que votre prière ne soit pas vaine de sa vérité, de son sentiment en vous, mais qu’elle soit vraie, car Je Me tiens en vérité devant vous, lorsque vous êtes pour de vrai en prière vers Moi. Oh, les fils, cherchez de prier dans l’humilité du cœur, et pour obtenir le désir saint priez beaucoup, priez et dites-Moi: «Oh, Seigneur, je suis désert du désir saint envers Toi, et je sens ce vide, et Tu es Ma vie, car je serais un rien sans Toi, mais accorde-moi que ce soit toujours Toi le sujet de ma recherche, et remplis mes pensées de Toi, et pardonne la vanité de ma pensée et son vide de Toi, et rends-moi capable de Te désirer par ma recherche, Seigneur, et Te chercher avec inquiétude, car je sais qu’autrement je ne peux T’avoir et Tu ne peux M’avoir pour me sauver de Ta part».

Oh, les fils, J’annonce maintenant les armées d’anges pour sonner de fête et l’assemblée de fête et les anges viennent près de vous et en travail avec vous, car voilà arrivé chez vous le temps de la préparation de la table de fête pour Ma mère la Vierge, et vous donnez de la place, donnez de la place aux anges en vous et entre vous, car vous êtes petits et peu nombreux, mais ils viennent ceux des cieux et vous soutiennent, puisque tout le ciel vous reconnaît être les Miens sur la terre. Je vous enlève maintenant et Je vous mets tous également dans l’esprit de l’humilité et de l’amour envers le ciel et le Seigneur, oh, et c’est ainsi que vous devez préparer Notre arrêt, et Nous ceux du ciel, Nous Nous installeront avec vous, avec le grand jour de gloire et toute sa mémoire sur la terre, et c’est ainsi que vous apprenez être dignes de mémoire, être grands, les fils, être petite cloche dans le temps, en arrière et avant, puisqu’ils ont besoin de vous les gens de tous les temps, les fils.

Oh, qu’il soit béni votre amour et désir saint envers Moi et le ciel car Je vous remplis, si vous ouvrez vos cœurs pour l’obéissance à Dieu et à Sa volonté avec vous et entre vous. Oh, rafraîchissez-vous avec humilité, animez-vous avec du profit saint, conseillez-vous comme ceux des cieux et soyez présents avec l’esprit, avec l’âme et avec le corps, toutes en une et tous en un, tout que la Sainte Trinité de Dieu est Une, et Elle travaille triplement.

Oh, les fils, préparez en toute beauté ce grand festin et faites-lui de la place ici, puisque le ciel est plein de désir saint, attendant de descendre avec gloire chez vous, dans Ma venue avec les saints et les puissances célestes et les armées d’anges attendent l’appel, pour venir près de vous et travailler avec vous pour la grande préparation et la beauté de la fête, et tout cela est pris par l’éternité, tout ce que vous travailler avec ceux du ciel ici.

Oh, vous, anges annonciateurs, sonnez jusqu’à la terre de vos petites trompettes, sonnez pour la réunion à la fête et la bénédiction des pas et des cœurs de ceux qui se réunissent, et leur désir saint pour Moi et pour les armées célestes, qui s’arrêtent ici dans les fêtes.

Et vous, les fils, oh, prenez soin de vous, prenez soin de Moi avec vous, fils qui travaillez pour Moi, et avec qui Je travaille Ma venue et sa gloire. Dirigez votre désir saint, les fils, tel que Je vous ai appris en ce jour et demandez au Père le désir saint pour Moi en vous, car c’est le Père Qui M’envoie chez vous et Je suis Son messager.

Oh, paix à vous, les fils! Qu’elle change de visage la terre et le ciel, selon Ma gloire avec vous et de vous! Que tout trésaille, que l’homme trésaille de joie en attendant et en voyant Ma fête avec vous, toutes les fois que Je descends avec ceux du ciel ici, chez vous.

Et ceux qui vont se réunir à la fête, oh, les anges vont les accueillir pour les porter comme sur des nuages de gloire jusqu’ici, jusqu’à Ma montagne sainte, jusqu’à vous, ceux qui accueillez la terre et le ciel dans la fête de la gloire du Seigneur, Ma gloire avec vous sur la terre, oh, les fils. Amen, amen, amen.

19-08-2019

La Parole de Dieu à la Fête du Saint Martyr et Guérisseur Pantelimon

Voilà, J’ai l’occasion de mettre Ma parole dans le livre, car les fêtes de Mes saints M’offrent cette occasion, et Je vous ai établis à Mon entrée chez vous, et vous M’attendez dans les fêtes ou lorsque Je M’annonce, afin que vous M’ouvriez pour mettre table de parole avec vous et avec Mes saints, fils des portes. Oh, paix à vous et à Mon peuple, les fils!

Et Nous mettons la table de parole et Nous y avons l’armée des grands martyrs, ceux qui ont en fête le grand martyr Pantelimon, et voilà, Je Me glorifie par vous, et on glorifie Mon nom sur la terre par vous, et Je vais vous récompenser pour cela, pour Mon nom glorifié par le peuple de Ma parole, par celui qui M’abrite au milieu de lui, et Me sert de demeure pour Ma venue maintenant, à Mon retour d’auprès du Père, telle qu’elle a été la promesse par les anges et par Mes saints, au jour où Je suis monté aux choses invisibles de la création de Dieu, et Je Me suis assis à la droite du Père, si Je Me suis levé d’entre les morts après la résurrection, et J’ai Ma chaise auprès du Père, là où il y a depuis l’éternité Mon état et Mon lieu.

Oh, fils nourris du ciel, Je n’ai plus où Me reposer, sinon chez vous et avec vous, puisque partout il y a l’homme, celui qui est sans repos dans le travail du péché et du manque d’estime envers Dieu, le Créateur du monde. Et vous, ne vous donnez pas au sommeil, mais consacrez-vous à Mon repos, et facilitez Ma présence au milieu de vous, car vous êtes Mes chrétiens, et les Miens sont ceux qui prennent soin de leur âme, oh, et levez-vous, les fils, avec le souci pour votre âme, alors que votre chair dort, car la chair demande du sommeil pour elle, mais l’âme a besoin de veille pour son dévouement, pour l’œuvre de l’amour de Dieu, et des frères, pour le sacrifice, pour être devant le Seigneur en prière Le glorifier, en action de grâce et des demandes saintes, pour la grâce de l’amour, oh, les fils, et le sommeil de la chair n’est pas de la charité, mais c’est de l’insouciance et de l’amour de la chair, et la chair ne donne pas de vie, mais c’est l’esprit qui vous en donne, les fils, et voilà une chose c’est d’être chrétien, fils de Dieu, et autre chose d’être un homme indifférent envers son âme et envers Dieu, le Créateur de l’homme, un homme qui gaspille le temps de l’âme, richesse qui te reste pour l’éternité, si tu travailles pour elle.

Oh, Mon fils, le sommeil de la chair est comme une araignée qui suce la vie de l’âme, ton amour pour le Seigneur et pour l’éternité avec Lui, car le sommeil ne travaille pas pour ta pureté, pour ta maison, et la paresse dissipe l’homme, tel qu’il est écrit.

Votre devoir c’est donc l’amour et toute son œuvre pour vous, car l’amour plein de grâce a du payement illimité, il a de quoi accumuler dans la maison éternelle du Seigneur, les fils, oh, et Je vous dis cela pour vous éclaircir les sens de la grâce de l’amour, amour comblé des dons du Saint-Esprit, et autrement, l’amour est humain et sans récompense, il est passager tout comme l’homme, passager aussi.

Oh, fils de la parole qui vous fait croître et qui vous témoigne dans le ciel et sur la terre comme fils de Dieu, Moi, le Seigneur, Je vous enseigne aujourd’hui encore l’art de la vie éternelle avec vous sur la terre, car la grâce de l’amour, si vous l’avez, elle vous comble de ses dons, que vous ne pourriez pas élever vers Moi tout seuls, car ceux qui ont comme leur travail la grâce de l’amour se font enfants, se font des disciples, et ils ont par la soumission la grâce et l’œuvre de l’amour, car personne ne peut être pour lui devant le Seigneur par soi-même, puisque l’ordre de la création de l’homme a été projeté par Dieu en plaçant l’homme sous Dieu, et quand Je suis venu il y a deux mille ans pour mettre de nouveau l’homme devant Moi, J’ai dit explicitement pour ceux qui ont des oreilles à entendre et J’ai dit: «Celui qui veut venir à Ma suite, qu’il renonce à lui-même, qu’il prenne sa croix, et qu’il Me suive», oh, et c’est seulement ainsi que Je puisse faire l’homme ensuite, pour commencer la vie avec Dieu, parce que l’homme a passé outre à la parole de Dieu dans le paradis, mais il est gravement tombé de là, puisque l’homme ne peut arriver par soi-même devant le Seigneur, mais seulement par Moi, les fils, et Moi, Je donne à l’homme conseil et conseiller, pour qu’il puisse échapper du soi par eux, et prendre de Moi pour ses pas, pour l’amour avec de la grâce.

Oh, J’ai les saints à table avec vous, et le grand martyr Pantelimon, en entendant Ma parole pour vous, il tressaillit et se remplit de parole de désir saint, et Moi, Je bénis la voix de son esprit auprès de Ma voix et Je la mets dans le livre près de Moi et de vous, car Moi c’est avec vous que Je parle par Ma parole, les fils.

— Oh, c’est de la grâce de l’amour, de l’amour plein de dons que Je leur parlerai aussi, Seigneur, Empereur de l’éternité et de ceux qui gagnent leur entrée dans les tentes des droits. Oh, qu’ils sont heureux sur la terre et dans les cieux ensuite ceux par lesquels on glorifie Ton nom sur la terre, Seigneur Empereur! Toi tu es la source, Tu es la grâce de l’amour dans ceux qui se renoncent en venant avec leur vie auprès de Toi, pour leur amour de Toi et pour toutes les choses célestes qui ne se voient pas, si c’est ainsi que Tu les as bâties, pour qu’elles soient gardées pour ceux qui les gagnent par l’œuvre de l’amour venu de la grâce, par la vie consacrée à Toi, Seigneur.

Oh, fils de Jésus la Parole, Je veux vous dire que j’ai eu de l’amour venu de la grâce et j’ai vaincu par lui pour arriver à être avec le Seigneur, mais j’ai eu sur la voie vers Lui le maître qu’Il m’a donné, dont j’ai obéi avec fidélité et soumission jusqu’à la frontière d’entre nous et le Seigneur, puisque je n’ai pas pu passer vers le Seigneur sans lui, et je l’ai pris avec moi, pour qu’il me présente devant le trône de l’amour.

J’ai eu la sagesse nécessaire pour la voie de Dieu avec l’homme, car j’ai eu un conseiller et une aide sur la voie et j’ai rien fait de moi-même, mais seulement par la grâce de la bénédiction, et j’ai pu agir par la grâce de la charité, qui m’a élevé jusqu’à aimer pleinement, et ne pas me partager, car ceux qui se partagent tant soit peu, ils perdent quand ils ne s’attendent pas et ils tombent de la voie, et voilà, ils croient peu à cette vérité ceux qui choisissent la voie du Seigneur, c’est-à-dire qu’on ne peut aller, ni arriver jusqu’à la frontière, si le renoncement à soi ne s’accomplit pour les choses qui restent, vers la joie et le repos des droits.

Vous qui bénéficiez de la miséricorde du Seigneur pour que vous sachiez et entendiez Sa voix et Sa volonté pour vous avec Lui, oh, aimez la grâce de la soumission sainte et son œuvre, car le chancellement sur la voie est prêt à affaiblir ceux qui marchent, mais sur ceux qui aiment le conseil et la soumission elle n’a pas de pouvoir la tentation, celle qui mène à la chute de la voie de celui qui y a été mis pas la miséricorde du Seigneur, Qui sort dans le chemin de l’homme perdu de Dieu.

Oh, ayez sur vous des gardiens de la part du Seigneur, et tout comme Lui et comme nous, les saints du Seigneur, nous servons d’eux, faites-le vous aussi, et vous serez pareils à ceux des cieux sur la terre, et vous donnerez au Seigneur l’occasion d’apporter chez eux Son conseil pour vous et Sa bénédiction en tout moment et tout travail. Recevez-les donc, ne les repoussez pas, ne les répondez pas de travers, ne les tenez pas à genoux. C’est par eux que vous êtes reçus au Seigneur, et toujours par eux le Seigneur prend soin de vous et de Son œuvre avec eux et avec vous. Donc conduisez-vous avec eux dans la lumière et la fidélité, toujours, toujours, car voilà, ils les ont repoussés ceux qui ont pris leur vie dans les propres mains et ils sont sortis de sous ce vêtements de fils de la venue du Seigneur chez vous, oh, et ce qu’il a fait mal, ce qu’il fait mal la froideur envers le Seigneur et leur absence du corps du Christ maintenant, quand ils auraient pu être et rester sous la croix du Seigneur, et porter eux aussi le poids de Sa marche, en ce temps dépourvu de fidélité et de la grâce de la charité, et de fils, qui puissent porter tout cela eux aussi, sur la voie du Seigneur, Qui vient avec le renouvellement du monde, tel qu’il est écrit.

Et, enfin, aimez la vie avec le Seigneur, les fils. Aimez la soumission sainte, tel que Je l’ai aimée avec mon cœur plein de la grâce de la charité, par laquelle j’ai travaillé des miracles, par lesquels j’ai glorifié le nom du Seigneur, tant que j’ai vécu sur la terre.

Oh, Seigneur, je les ai conseillés vers la grâce de la charité, vers leur stature filiale et enfantine devant Toi, car Tu les as rendus grands pour ce temps, et c’est par eux que Tu maintiens encore le monde, et c’est par Toi qu’ils peuvent agir pour Toi. Oh, gloire à Toi pour le fait que Tu veuilles nous faire de si grandes joies! Oh, gloire à Toi et à Ton grand nom sur la terre, car la gloire de Ta parole coule du ciel sur la terre et Tu Te portes avec les saints, Seigneur, et tout et toutes forment Ta gloire, oh, Seigneur, et le monde se renouvelle sous Ta gloire, tel qu’il est écrit! Amen.

— Oh, peuple de Ma parole, oh, n’oubliez pas vos devoirs, les fils. Demandez la présence du Seigneur sur la terre. Tenez-vous en conseil avec le Seigneur et priez en demandant Sa gloire sur la terre, pour qu’elle vienne. Soyez de vrais chrétiens toujours, toujours, jour et nuit, les fils. Oh, quelle sorte de chrétien pourrait-on nommer celui qui ne se mettrait pas avec prière et veille devant son Seigneur jour et nuit, tout que Je l’ai fait et Je le fais Moi, devant Mon Père, et beaucoup plus encore maintenant?

Oh, chrétien, toi qui prends dans les oreilles, dans la raison, et dans le cœur la parole de Dieu, oh, demande-toi comment et combien se manifeste ta relation avec le Seigneur, si elle existe en réalité et si tu arrives à Dieu par elle. Oh, demande-toi sur cela tout de suite et toujours, et fais bien ton compte, puisqu’il est dangereux de ne pas le faire et de le remette jour après jour, car le Seigneur attend pour te voir combien tu travailles cela.

Oh, fils des portes, J’ai conseillé Mon peuple d’aller vers Moi et vers vous, Je l’ai fait Moi et Mes saints, et vous, ne soyez pas fatigués et travaillez sans trêve sur eux, pour la belle et sainte stature de tous, par votre travail continuel sur eux, puisque l’homme grandit toujours par du bien ou par du mal, et vous avez le devoir d’être près d’eux avec de la veille sur eux et avec le conseil, et eux, à leur tour, qu’ils ne vous repoussent pas, mais qu’ils apprennent avec grande attention, avec chaque pas et toujours le renoncement à soi, la soumission de leur volonté face à la Mienne, Ma vue au-dessus de leur vue en tout, car c’est ainsi qu’ils peuvent retourner à la grâce de l’enfance, à la grâce de l’amour céleste, pour lequel vous devez beaucoup travailler avec eux et sur eux, et toujours cela, les fils, toujours l’œuvre d’en haut sur le peuple de Ma parole, car Moi, le Seigneur J’ai à marcher, les fils, et Ma marche doit se réfléchir dans la marche de leurs pas, et que Ma nature douce et sainte inonde leur être, avec lequel ils doivent toujours et toujours se tenir prêts pour être renouvelés, retouchés, blanchis, par l’œuvre de la lumière de tout, si seulement ils se tenaient dans la lumière, et ils marchaient tout aussi, pour qu’elle ne vienne pas la nuit sur quelqu’un d’entre eux, oh, pour qu’ils ne perdent pas la lumière, la soumission sainte, par laquelle ils puissent répandre de la lumière, tout comme Mes saints, tout comme Mes anges, tout comme ceux des cieux, oh, les fils. Amen, amen, amen.

09-08-2019