Utilisation de ce site est soumise aux Conditions d’utilisation du site.


La Parole de Dieu à la Fête de trente ans depuis la Fondation du Saint des Saints de la Nouvelle Jérusalem

Dès l’aube Je Me tiens prêt avec table de parole pour M’inscrire dans le livre avec le souvenir de ce si grand jour dans le ciel et dans le temps, et Je suis à la veille avec les saints et les anges, fils de la cité de Ma parole, fils qui êtes encore restés avec Moi, oh, et Je suis avec des témoins du ciel et de la terre pour parler et témoigner de Ma venue en parole sur la terre maintenant, après deux mille ans depuis Ma venue en chair, car Je suis venu du ciel envoyé pour M’incarner et Me rendre homme entre les hommes, et pour accomplir la volonté du Père, à savoir de venir après l’homme, pour qu’ils Me voient les hommes et qu’elle reste la vérité de Mon incarnation, car J’ai été Dieu-l’Homme trente-trois ans sur la terre des hommes, et Je Me suis élevé ensuite au Père et Je suis à Sa droite, à Ma place depuis l’éternité, oh, et Je descends de nouveau d’auprès du Père, et Je parle tel que Je parlais avec Moïse, avec Samuel, avec les fils de l’humilité et de la foi en Dieu, avec les doux et humbles de cœur et pleins d’humilité d’esprit, avec Ma Virginie, avec laquelle J’ai commencé Ma parole sur la terre, et après vingt-cinq ans de parole, je l’ai prise au ciel en grand témoin, et il y a trente ans Je suis descendu avec elle et avec d’autres témoins célestes, et J’ai mis la pierre de fondement, le commencement de la cité visible de Ma parole, Ma cité capitale sur le foyer du peuple roumain, oh, et Nous voilà à table de parole, fils avec lesquels Je suis resté après le jour de témoignage écrit au ciel avec des lettres chères à Dieu, le jour de 22 du septième mois de l’année 1991 après le Christ, le jour où le Père, le Fils et le Saint-Esprit ont béni l’apparition de la pierre blanche, annoncée dans les Ecritures, sur la terre, le symbole saint, le témoignage de l’œuvre de Ma parole et de son fruit travaillé par Ma trompette Virginie, la semence du commencement de Ma peine pour élever un peuple pour Moi, seulement pour Moi, et aller en avant, avancer avec Ma venue en parole sur la terre, et voilà, Je marche, et Je vous dis en ce jour de sainte mémoire: Paix à vous, Je vous dis à vous, Mes fils, à ceux avec lesquels Je suis encore resté pour aller et pour que ce sois Moi la Voie!

Oh, c’est Moi la voie, les fils, et ceux qui comprennent suffisamment cela, ce sont ceux qui restent avec Moi sur la voie, et Moi Je reste avec eux et Je marche, et Je marche en parlant, car c’est cela que signifie que Je marche, et Ma marche c’est la parole, Ma parole et vous.

Oh, paix à vous en ce jour de témoignage, les fils! Ma parole et vous, c’est cela Ma marche, c’est cela la voie. Les autres voies ne sont pas la Voie, car la Voie signifie le Christ et la marche avec le Christ, et personne ne peut aller complètement avec le Christ que sur la voie de Ma parole avec vous, et c’est pour cela que J’ai dit: «C’est Moi la Voie». Celui qui choisit une autre sorte de voie pour les pas de sa vie, ce n’est pas Ma voie qu’il choisit, mais autre chose, qui ne mène pas à la vie. La voie, la Vérité et la Vie, c’est seulement sur la voie avec le Christ que l’on trouve, et voilà, il est sans raison tout homme qui tâtonne toute sa vie sur la terre, en cherchant ce qu’il doit faire, et en quelle direction aller avec les pas de sa vie. Mais quand l’homme choisit sa voie, il doit premièrement savoir des choses sur Dieu et comment on va sur la voie avec Dieu, de peur qu’il ne soit vain son choix, et ne pas recevoir ensuite la vie éternelle.

Les fils, les fils, Je dis aux hommes de la terre que cette œuvre de parole c’est la Voie. Je suis venu Moi dans la voie de l’homme pour lui montrer, pour que l’on voie, et que l’homme voie et qu’il ne puisse dire qu’il n’a pas vu, qu’il n’a pas entendu Mon cris du long en large, celui qui dit que c’est Moi la Voie.

Oh, Je cris depuis longtemps déjà pour un peuple qui a entendu Ma parole qui coule à flots de Ma bouche comme la rivière depuis si longtemps, depuis presque soixante-dix ans. Pendant tout ce temps-là J’ai eu un peuple qui M’entende, mais qui ne M’a pas suivi avec les pas de sa vie, puisqu’ils venaient et ils M’entendaient, mais ils partaient toujours pour leurs affaires, et Je n’ai pas pu Me faire des disciples et marcher avec eux. Et maintenant Je cris à tous les hommes de la terre qu’ils ne se tiennent pas sans veille et insouciants quand Je laisse Ma parole et Je Me fais voie avec elle pour ceux qui cherchent la voie.

Oh, elles arrivent des souffrances pour le manque de garde sur la vie et le mystère de la vie. Elles arrivent des douleurs en payement pour la voie quittée par l’homme, la voie de la vie. Pas tous comprennent ce grand mystère, mais ils peuvent tous entendre le Seigneur en venant avec la voie vers eux, si seulement ils aillent sur elle jusqu’au bout de la marche.

Toi, homme, homme errant, toi, celui qui sais ou qui ne sais pas que c’est Moi la Voie, que Je suis Jésus-Christ, Dieu-l’Homme, oh, tu ne peux servir n’importe comment à Dieu avec ta vie, mais seulement telle que Ma vie a été. Je n’ai rien eu de ce monde, et toi tu es du monde, homme, et tu n’as pas Dieu de ta part si tu es dans le monde. J’ai sorti du monde Mes disciples pour qu’ils ne soient pas eux non plus du monde, et c’est seulement ensuite qu’ils sont restés avec Moi sur la voie, car ils ont trouvé la Voie, et c’est ainsi qu’ils sont allés ensuite.

Oh, que feras-tu, monde, toi et tes fils? Je suis sorti avec la voie devant toi, et c’est d’elle que Je parle et Je te la montre, et toi tu ne fais pas le pas, et ton indécision va te faire mal. Elles viendront des souffrances pour ceux qui restent dans l’incrédulité devant la voie de la vie, avec laquelle Moi, le Seigneur Jésus-Christ, Je vais au-devant de l’homme en ce temps d’accomplissement des Ecritures de la fin, et Je cris en long et en large: C’est Moi la Voie!

Ce jour de mémoire a dans le ciel tout son tableau celui d’il y a trente ans, lorsque Moi, le Seigneur, Je suis descendu avec les anges et les saints et avec Ma trompette Virginie, et J’ai mis la première pierre de fondement de la cité de la parole de Dieu, cité de témoignage, prophétisée pour être, et c’est pour cela qu’elle existe, et elle sort peu à peu de son mystère, puisqu’elle est gardée et apparue pour l’éclairement des peuples, tel qu’il est écrit, et c’est d’elle qu’elle sort la rivière de Ma parole, et la parole est la lumière des peuples et elle éclaire dans les ténèbres, comme il est écrit.

Ce jour de joie est aussi jour de douleur, car quelque grande a-t-elle été pour tout le ciel saint la joie d’il y a trente ans, oh, tout aussi grande est maintenant sa douleur entre ceux du ciel et ceux de la terre restés sous Ma croix d’aujourd’hui, celle qui porte Ma parole sur la terre. J’ai devant le trône de la Trinité divine, J’ai la photo du jour où elle a été mise à sa place la pierre de fondation du Saint des Saints de la Nouvelle Jérusalem, et cette pierre a eu liaison avec le commencement de L’œuvre de Ma parole, avec Ma trompette Virginie. Elle a été et elle est la pierre sur laquelle Moi, le Seigneur, J’ai bâti le long de vingt-cinq ans Ma voie vers les hommes, Ma parole sur la terre, premièrement pour un peuple secret, et ensuite, du moment où elle a été enlevée auprès de Moi dans les cieux, il y a eu ensuite Ma marche au-dessus de la terre, des extrémités aux autres extrémités, après avoir fait libre voie pour aller, pour passer les frontières d’ici et pour sonner partout, en M’annonçant Moi-Même comme Voie sur laquelle l’homme peut aller avec sa vie, et avoir comme fruit la vie éternelle ensuite.

Cette photo du jour d’il y a trente ans est maintenant dans le ciel un souvenir douloureux, car ensuite ils se sont séparés d’elle ceux de ce jour de témoignage et ils ont changé la marche de leur vie et la voie, oh, car pas tous ont aimé, et c’est pour cela qu’ils sont partis, et s’ils n’ont pas aimé jusqu’à la fin ils sont finis eux-aussi de la voie et ils n’y sont plus, ils sont loin dans un sommeil propre à eux, choisi par eux pour pouvoir partir de l’œuvre des mystères célestes du travail de Ma parole portée au-dessus de la terre, dont le but ils ne comprennent plus, mais seulement au moment où ils verront le fruit accompli, car Moi, le Seigneur, Je ne parle pas en vain, tel qu’ils aimeraient croire maintenant.

Il est très douloureux ce souvenir mais il est avec consolation aussi pour Moi, puisque Je marche et Je travaille avec ceux qui sont restés et Je fais augmenter le nombre de Mon peuple, auquel Je donne toujours conseil de vie, toujours, toujours Je lui en donne, et Je veille attentivement, oh, et heureux ceux qui veillent eux aussi pour leur vie avec Moi et agréable pour Moi, après avoir vu qu’il est facile de tomber d’auprès de Moi par celui qui ne veille pas, oh, car il y a beaucoup de ceux qui sont tombés, s’ils ont travaillé autre chose plutôt que c’est la vie de ceux qui marchent avec Moi sur la voie jusqu’au bout de la marche, et ensuite jusqu’au fruit pour la marche.

Oh, fils restés avec Moi de ceux présents au témoignage du jour d’alors, oh, Mes fils, Je vous ai dit souvent que vous n’avez personne sur la terre pour vous protéger, pour vous couvrir et vous fortifier pour Mon travail en vous. Vous avez été quittés dès le début, premièrement par le serviteur qui a été près de vous d’entre les prélats de l’église de ce peuple, car il a été guetté par les envieux et il a été forcé de fuir, de ne plus rester de Mon côté et du vôtre, et de ne plus continuer à témoigner pour Moi. Oh, il s’est enfui d’auprès de vous celui qui devait vous garder des loups, il s’est enfui de peur, il s’est enfui, le pauvre, dans la gueule du loup. Il a été forcé de s’enfuir et de vous laisser sans défense, comme le berger impuissant qui ne met pas sa vie pour ses moutons. Mais Moi, J’ai fermé la gueule du loup, et J’ai accompli par vous la prophétie restée de la bouche de Mon prélat, lorsqu’il est parti d’auprès de vous et quand il a avoué que cette œuvre de parole restera en travaillant sur sa voie et avec sa marche, elle persistera et marchera sans lui, car ce n’est pas lui à l’avoir mise sur la voie, mais c’est Moi, le Seigneur, Qui l’ai mise à marcher. C’est Moi Qui l’ai commencée, et c’est Moi Qui marche, oh, et elle s’accomplit cette prophétie.

Les fils, les fils, il s’est enfui le prélat fidèle à Moi alors, il s’est enfui, car les successeurs de la méchanceté de l’église de ce peuple font le jeu de l’antéchrist, celui qui règne depuis longtemps pour gâter les règles saintes et pour qu’il reste lui seul ensuite. Oh, mais Moi, le Seigneur, Je Me suis élevé comme un brave et J’ai Mon œuvre de parole avec laquelle J’affaiblis le pouvoir ennemi, car il est écrit que c’est le Christ le Vainqueur, et pas l’antéchrist, pas satan, et voilà, c’est Moi, oh, et c’est vous aussi, ceux qui vous tenez sous la garde de Ma parole, pour la mettre sur la tête de tous les ennemis, oh, Mes fils, et il n’y auront plus d’ennemis, puisque tous ceux de la terre vont languir après cette eau vive, après le salut venu par elle, et encore un petit peu et on va voir cela.

Les fils, les fils, ceux qui n’ont pas supporté jusqu’à la fin, comme il est écrit de ceux avec Dieu sur la voie, oh, ceux-là n’ont pas compris avec leur raison ce que c’est cette œuvre de parole de Dieu au-dessus de la terre, oh, et ils sont sortis de son accomplissement, qui aura à son bout son fruit, mais aussi sa douleur pour ceux qui n’ont pas souffert avec Moi, pour M’aider sous la croix, pour Me donner des forces sous la croix, oh, car Je suis fatigué d’attente et Je suis endolori, les fils, et Je regarde le portrait de ce jour de mémoire et J’en ai mal, et vous êtes comme Moi et vous mettez grande peine pour que Je puisse Me garder un peuple avec l’esprit de la fidélité envers le Seigneur, et vous veillez pour cela, oh, car on a besoin de beaucoup de renoncement à soi pour qu’il vienne l’amour de Dieu dans ceux qui viennent de leur bonne volonté et pas obligés des cotés pour connaitre, pour aimer le Seigneur par cette parole, car il y a des Ecritures à accomplir, et Moi Je suis peu aidé de la terre, car autrefois Je travaillais par les saints de la terre. Mais maintenant Je n’ai plus de telle richesse, un tel abri, où Je puisse M’arrêter et laisser Mon fardeau, et encore partager l’œuvre à travailler qui ne doit pas s’arrêter de son travail, il ne faut pas que le Seigneur s’arrête du travail, oh, les fils.

Toi, homme errant et sans pays, quand tu ne fais pas au Seigneur de repos en toi, à cause de ta raison et de ton amour de soi, dont tu ne veux te laisser, oh, tu n’as pas de repos toi non plus, car ton repos c’est le Seigneur, et sans Lui tu perds le repos, tu perds la paix, tu te troubles, tu es mécontent, tu cherches de pouvoir agir par le trouble qui est en toi et pour lui, et ensuite tu vois ce que tu reçois, après ne pas avoir laisser le Seigneur se reposer dans l’humilité de ton cœur, dans le travail de ton amour, puisque l’homme qui n’a pas, ou qui quitte l’amour et son esprit, oh, il devient tout étranger de l’amour, de son visage sur le sien, de son mystère, étranger de ceux du ciel.

Oh, Mes fils, aimez le Seigneur par la pauvreté, par le manque d’amour de soi, pour pouvoir L’aimer Lui, et pas vous. Aimez-Le en fuyant le monde et l’esprit du monde, par la non ressemblance avec le monde, oh car si tu ressemble au monde, tu agis comme le monde et tu prends du monde, le Seigneur ne te connais pas, fils chrétien.

Oh, Mes fils, aimez le Seigneur par beaucoup d’humilité d’esprit, car l’homme est pécheur et il a besoin de pardon de la part de Dieu toujours, toujours, et de prière pour le pardon toujours, toujours, les fils.

Oh, Je ne peux, c’est à cause de la tristesse que Je ne peux parler du pouvoir de ce jour-là, jour de mémoire, quand Moi, le Seigneur, J’ai béni sur la terre le mystère et l’œuvre de l’église de Nouvelle Jérusalem, le mystère de la fin de temps, et ses fils, que Je n’ai plus tous, et J’en suis désolé. Je Me console avec ceux qui sont restés, et J’essaie Me consoler avec ceux d’aujourd’hui, peuple de Ma parole.

Vous êtes tristes vous aussi, cachant des soupirs, fils avec lesquels Je suis resté encore dans la cité. Oh, Je suis resté avec vous, les fils, et nous essayons de remplir la place de ceux qui n’ont pas aimé jusqu’à la fin et remettre en place et guérir cette grave plaie, oh, et J’ai pitié de vous tout le temps, et vous avez-vous aussi pitié de Moi et de la douleur resté en Moi après ceux qui se sont perdus.

Je m’incline et Je vous console. Vous êtes restés avec Moi, les fils, et c’est pour cela que Je vous console. La tristesse est grande, mais l’espoir donne de nouvelles forces vers la patience, celle porteuse de fruit pour elle.

Car pas seulement vous, les fils, mais Moi non plus, Je ne peux en ce jour travailler de plus. Elle suffit au jour sa douleur, et Nous allons plus loin pour le travail du Père avec Nous. Nous rappelons notre pensée partie vers la douleur qui provoque de la douleur, et nous regardons au travail du Père, car le Père travaille, les fils. Nous levons vers le Père jour de mémoire du jour de fête et Nous passons vers le travail que Nous avons à porter sur les épaules, et l’amour va Nous aider et Nous consoler, Mes fils.

Paix à vous maintenant et ensuite, de la paix, les fils! Je suis ici, à table avec vous, avec tous les témoins du ciel du jour de mémoire maintenant ici.

Paix à vous! Travaillez toujours la paix sur toute douleur qui vous éprouverait. Je vous porte dans Mon bras divin, oh, Mes fils. Amen, amen, amen.

22-07-2021

La Parole de Dieu à la Fête des Saints Empereurs Constantin et sa mère Hélène

Paix et pouvoir pour la descente de la parole de Dieu sur la terre!

Paix et foi sainte, ayant le pouvoir de faire des miracles qui naissent l’amour de Dieu, c’est cela que J’accorde Moi, le Seigneur, au peuple chrétien de la terre, mais aussi la sagesse celle de Dieu, qui puisse aider le troupeau chrétien de se ressembler frère avec frère le plus possible, le plus saint possible, cité avec cité aussi, se ressembler en ce qui concerne la foi et les faits de la foi, faits spirituels, qui bâtissent le royaume des cieux avec les hommes, pas de faits matériels et fraternels et c’est tout, oh, non, mais des faits qui travaillent à côté du jeûne et de la prière de l’église chrétienne, afin que Je puisse Moi, le Seigneur, pendant ce temps détruire à grande victoire le travail caché et dangereux du projet de l’ennemi antéchrist, mis au travail contre Dieu et le troupeau chrétien, contre l’orthodoxie, oh, car aujourd’hui il y a plus de gens qui se nomment chrétiens, pas seulement les chrétiens, mais aussi ceux qui parlent du Christ, mais les justes chrétiens sont seulement ceux qui suivent, comme au début de Mon église, la voie de la croix et de l’accomplissement de la volonté du Christ, la voie qui ne s’est abattue des côtés dans la marche avec le Christ. Et ceux qui se sont rompu du troupeau pour s’organiser séparément, se rompant ensuite en différentes formes de vie et d’église, ceux soi-disant chrétiens ne sont pas de brebis, mais ils sont des chèvres, qui ont sauté la palissade de la bergerie de Mes brebis, ils sont partis avec des pasteurs étrangers, ils sont sortis de la communauté de l’église, celle qui est restée avec la vérité et avec ses saints, les saints du Christ, et qui ont frappé d’anathème ceux sortis et partis suivant une voix étrangère, et voilà, l’esprit de l’église a le pouvoir donné par Dieu de bénir les obéissants et les fidèles, et encore, il a reçu de Dieu le pouvoir d’anathématiser ceux qui ont quitté la fidélité envers la voie de la croix et de la victoire avec le Christ et pour le Christ.

Et Moi, Je prononce en ce jour grande bénédiction sur le peuple chrétien, sur la voie de l’orthodoxie, et les autres, qui parlent et qui chantent du Christ, Je ne les bénis pas, puisqu’ils se sont rompus de Moi et des saints et de la croix et des mystères de l’église et de l’apostolat et de la prophétie et des ancêtres qui gardaient Dieu sur la terre pour eux et pour les descendants, car un peuple est et il reste brave seulement s’il suit et garde la dote paternelle et les traditions ancestrales du début de Mon église, guidée sur la voie par le Saint-Esprit le Consolateur, pas des hommes, pas de l’esprit d’homme, mais de l’Esprit Qui prophétise et découvre les choses de Dieu annoncées, et qui ressemble à Dieu, pas aux hommes, pas aux choses travaillées comme sur la terre, oh, non, et le signe de la sainte croix a vaincu et vainc toujours satan, à condition qu’ils aient le pouvoir d’accomplir le Christ et la foi sainte, tous ceux qui veulent la délivrance de tout ennui par la croix, et ensuite Ma victoire par eux et pour eux, la victoire du Christ contre satan.

Oh, paix à vous maintenant dans Ma descente avec vous dans la cité de Ma parole sur le foyer du peuple roumain, oh, saints du ciel! Aujourd’hui on a fête au ciel et sur la terre pour le premier empereur des chrétiens sur la terre, l’empereur Constantin, et près de lui il y a sa mère, l’impératrice Hélène, et il a eu, l’empereur Constantin, des parents empereurs, aimants des chrétiens du Christ, tel qu’ils ont élevé leur fils dans l’amour de Dieu, et ils l’ont affermi sur la chaise impériale de la cité, successeur de son père Constantius, celui qui a aimé les chrétiens avec douceur et miséricorde pour leurs grandes souffrances venues de la part des empereurs persécuteurs du Christ, des fils du Christ, les fils de Mon église.

Oh, le père de Constantin a été entouré pendant son règne par les plus forts chrétiens, et c’est ainsi qu’il dirigeait, avec le Christ il dirigeait et avec les fils du Christ. Il est venu ensuite au trône son fils, et Moi, le Seigneur, Je l’ai établi fortifié avec la foi et la miséricorde et Je Me suis montré à lui, et ensuite Je suis allé au devant de lui avec la croix formée d’étoiles, et Je l’ai exhorté à la victoire avec le Christ contre les empereurs païens, oh, et quelle grande victoire a-t-elle eu son armée avec la croix sur les armes, et la croix a fait de grandes merveilles, tel qu’elle a jeté l’empereur-même des païens dans le tourbillon de l’eau, et il y a eu ces miracles par la croix, qui ont fortifié l’amour de Constantin et il a été le premier empereur chrétien, soutenu des saints et des parents de Mon église, ceux qui se sont rassemblés alors dans une seule pensée avec une forte foi a Nicée, pour anathématiser ceux qui de l’intérieur de l’église essayent l’affaiblissement de l’unité de l’esprit et la marche sainte du troupeau, oh, et il y a eu la merveille de la destruction de l’ennemi, celui qui rongeait le navire pour que les vagues pénètrent par-dessus, et Arie a été anathématisé, et le navire du Christ n’a pas coulé à fond alors, oh, et aujourd’hui non plus il ne sera pas autrement, car il est écrit que le Seigneur vienne contre Ses ennemis et ceux de Son église. Et Me voilà en parole sur toi, oh, église de la juste foi ! Je tiens conseil avec vous, serviteurs de l’église du peuple roumain. Encore et encore, Moi, le Seigneur Jésus-Christ, Je Me tiens en parole au milieu de vous. J’entre mystérieusement au milieu de vous et Je vous parle avec l’amour paternel de Dieu le Père.

Je prononce séparation écrite des brebis d’avec les chèvres et Je dis : Ceux restés avec fidélité dans la bergerie de l’église bâtie sur sa pierre du début, par les apôtres, par les saints et les parents, ceux-ci ont été et ils le sont les brebis, et ceux qui ont sauté par-dessus la palissade de la bergerie, en tirant au dehors du troupeau et en entrainant avec eux, ceux-là sont les chèvres, et ensuite chèvre de chèvre elles se sont détachées encore et encore comme une malédiction de ceux qui se sont enfuis en volant de la bergerie, et aujourd’hui ils se nomment tous et toutes, elles se proclament églises du Christ.

Voilà Mon conseil et exhortation pour vous, ceux qui vous tenez devant le troupeau: Levez-vous maintenant pleins de foi et de pouvoir pour l’apostolat avec beaucoup de courage saint, car tous ceux qui se sont enfuis de l’une sainte universelle et apostolique église, ceux-là doivent être immédiatement annoncés, car le temps est venu qu’ils soient annoncés, qu’ils se sont tout seuls attiré l’anathème, ils se sont éloignés de Mon église, et cet égarement a été prophétisé par les apôtres de l’Ecriture dès le début. Maintenant, travaillez minutieusement et très sagement et mettez sur la table le livre de la fondation de l’église du Christ et faites tout de suite la solide mise en place de l’obéissance envers les parents et les saints, de peur de ne pas rester et de ne pas vous rendre coupables pour la destruction des lois saintes, et de la marche sainte de l’église.

Voilà ce que Je vous conseille encore: Oh, ayez de l’audace pour le Seigneur et pour la garde du troupeau et de la cité du Seigneur, puisque le pays roumain c’est le pays de Ma venue avec le Saint-Esprit le Consolateur maintenant, à la fin du temps, pour remettre en place les choses gâtées et vous garder de la perte, vous et le troupeau chrétien, car voilà le temps de l’homme ennemi, l’antéchrist, qui doit être arrêté, et ensuite anéanti par le signe de la sainte croix, tout comme l’empereur Constantin a vaincu toute la terreur rependue alors par l’antéchrist de ce temps-là, oh, et tout aussi Moi, le Seigneur, Je veux vaincre aujourd’hui encore avec le royaume des cieux, avec vous et avec le troupeau chrétien.

Ecoutez donc: Qu’elles soient ornées toutes les rues, les maisons, des endroits situés dans les vallées dans les montagnes et sur les collines, les chemins, les bâtiments de toute sorte, entre les frontières aussi, et partout que l’on place le signe de la sainte croix, beaucoup, beaucoup de croix partout, et que toutes les voies soient ornées avec le signe de Ma victoire par la croix, tel que Moi, le Seigneur, J’ai vaincu. Oh, prenez exemple des fils de la cité de Ma parole, qui travaillent ainsi autour de la cité et dans la cité. Que pas une maison, pas une porte, pas un mur, pas un bâtiment, pas un chemin, pas une ruelle soient dépourvus du signe de la sainte croix et de Mon nom écrit sur la croix, et pas avec Ma crucifixion, mais avec le mystère qui va ressusciter tout le monde, le mystère du paradis, tel que les fils de la cité de Ma parole travaillent et ils partagent des croix avec des fleurs peintes sur elles, et toute croix est un endroit de paradis, un jardin de paradis, et chaque croix a une parole écrite sur elle, pour l’édification de l’âme sainte dans l’homme, et chacune a la bénédiction de résurrection sur le monde, puisque le monde doit être élevé vers l’amour de Dieu et vers la fête de joie, car J’ai dit: «Priez et réjouissez-vous sans cesse avec le Seigneur!». C’est ainsi que J’ai dit.

Oh, mettez-vous avec fidélité devant Moi et obéissez-Moi comme des fils, car Je veux grande protection sur la terre roumaine, et c’est ici que Je veux vaincre satan, l’ennemi antéchrist, celui caché, celui au travail dissimulé contre Dieu et les fils de Dieu, oh, parce qu’il est un pays orthodoxe ce pays, aucun ne l’est autant que lui devant Dieu.

Et toi, ennemi, homme antéchrist, toi et tous tes serviteurs, soyez saisis de peur devant Celui Qui a fait le ciel et la terre et l’homme! Il vient le Seigneur avec Son armée céleste et Il sonne fortement des trompètes, pour que vous tombiez au bruit des trompètes, et que la peur vous saisisse et le tremblement et l’aveuglement, car il vient le royaume des cieux, pas vous, mais c’est le Seigneur Qui vient, Il vient avec des armées d’en haut, avec ceux vêtus de blanc, tel qu’il est écrit et ceux cachés dans les ténèbres seront découverts avec tout leur noir travail, celui contre le Christ, puisqu’Il vient le Christ avec tout ce qu’il est écrit de venir, et Il vient!

Et Me voilà en lutte contre toi, ennemi antéchrist, vieilli en mauvaises actions nouvelles et vieilles depuis deux mille ans, et malheur à toi, car tu rencontres maintenant Celui Qui est ressuscité en supprimant la mort de tous ceux qui aiment Ma résurrection et la vie du siècle à venir, lorsque les ennemis n’existeront plus!

Oh, laisse-toi vaincu, satan noir au fait et à l’esprit! Je vais découvrir toute ta ruse, toute ta malice. Je vais déjouer tout ton projet, Je vais écraser tout ton travail, car depuis deux mille ans tu luttes en vain, puisque c’est Moi Celui Qui a été et qui est toujours ton vainqueur, comme alors par la croix, quand tu ne t’attendais pas de voir cela.

Oh, qu’il soit béni le peuple chrétien de toute la terre! Et pour toi et tes serviteurs, l’anathème! As-tu entendu, satan? Qu’ils entendent toute la terre et l’homme qui l’habite, et que tu entendes, toi, et les tiens, car le Seigneur prononce maintenant sur les infidèles: Anathème!

Oh, dis toi aussi, fils d’empereur, toi, celui fêté aujourd’hui dans le ciel et sur la terre, que tu dises anathème toi aussi sur tous nos ennemis, car tu es fils d’empereur deux fois, de la terre, et du ciel avec le Père Empereur.

— Oh, Seigneur Empereur, c’est Toi seul l’Empereur, c’est seulement Celui Qui se tient sur le trône de la croix qui est l’Empereur, oh, Seigneur, car les empereurs des cités sont les fils de Dieu l’Empereur, s’ils sont de Ton côté.

J’ai beaucoup souhaité de bâtir une cité à Ton nom, et pas au mien, car j’ai établi dans mon nom la cité chrétienne de la terre, et tous les peuples savent que c’est pour assurer la durée de la gloire de Ton église qu’elle a été mise sur la terre en mon temps, mais l’homme ennemi, l’antéchrist, s’en mêle secrètement partout, tout comme il a fait quand il a travaillé à Ta crucifixion par les grands du peuple, Seigneur, et pourtant toute l’œuvre de satan a mené à Ta victoire et à celle des fils de Dieu, le long de tous les temps sous le soleil. Oh, il sera de même aujourd’hui, car c’est pour aujourd’hui qu’il est écrit le grand temps de Ta victoire, l’anéantissement de la bête, selon les dires de l’Ecriture, et ensuite la joie, Seigneur.

Elle vient la fête du Saint-Esprit le Consolateur, nous voyons sa préparation dans Ta cité, et Tu vas nous prendre de nouveau avec Toi ici, au-dessus de la cité de Ta parole, oh, et elle va s’élever vers le ciel fête de joie, musique, danse, bonne humeur, amour et fidélité, et voilà, ces choses sont ardemment désirées par Tes saints, Seigneur, oh, et nous attendons toujours, toujours le grand jour de Ta victoire, lorsque satan sera jeté dans son feu.

Tu as témoigné de moi maintenant, et moi je l’ai fait pour Toi, le vainqueur de satan et le doux Pasteur pour Ton troupeau, mais qu’ils T’entendent et qu’ils T’obéissent tous les serviteurs de Ton église et qu’ils fassent de l’apostolat pour le retour dans la bergerie du début de tous ceux qui voudront rentrer, et qui, sans savoir, sans l’aide de la sagesse d’en haut, ils se sont laissés séduits et rompus du troupeau chrétien.

Oh, paix à Toi, Seigneur Empereur! La croix est la voie avec Dieu. Gloire à Toi, Celui Qui as vaincu la mort par la croix, et c’est toujours par la croix que Tu vaincs maintenant aussi, à la fin, Seigneur Empereur!

— Je vous donne à vous Mes aimés saints, venus du ciel avec Moi, et à vous ceux de la cité de Ma parole, Je vous donne commun embrassement de fête, et paix à vous, tous ensemble, ici.

Et pour tout le peuple chrétien de toute la terre J’amène Ma joie et Ma paix, et Je leur dis:

N’aie pas peur toi, oh, n’aie pas peur, petit troupeau! Le Père veut te donner le royaume, comme il est écrit, comme Il te l’a donné déjà, et tu dois le garder et le renouveler toujours plus saintement, toujours plus beau, et c’est la croix qui est la voie et la croix est ta garde, et tu te rangeras à Ma droite, quant aux chèvres, oh, c’est l’anathème qui est leur part! Amen, amen, amen.

03-06-2021

La Parole de Dieu du quatrième Dimanche après les Saintes Pâques, celui de l’Infirme, et la Fête du Saint Apôtre Simon le Canait (le Zélote)

Paix du ciel, de la paix sur la cité de Ma parole, assise sur le foyer du peuple roumain! Paix à toi, cité du Seigneur! Paix à vous aussi, fils de la cité, paix à vous! C’est avec vous que Je porte Mon fardeau, c’est avec vous que Je porte Ma venue en parole sur la terre. Vous devez veiller devant Moi et mettre Ma parole dans le livre quand Je viens, et si Je vous trouve impuissants, Je dois vous fortifier pour que vous vous teniez devant Moi et que vous Me receviez, fils veilleurs.

Allez donc, fortifiez-vous, et allons mettre parole sur la table, allons Nous asseoir, les fils, et mettons sur la table le conseil du Seigneur avec vous! La préparation de la fête de la Pentecôte est à la porte et on a besoin de beaucoup de travail avec l’âme et avec l’esprit et avec le corps, les fils, et vous êtes peu nombreux et petits de taille et il vous faut de la force venue du Seigneur, et il vous faut de l’amour toujours renouvelé et de la foi, pour qu’elle puisse agir, afin que Mon pouvoir puisse venir sur vous et chez vous, car c’est à vous qu’elles s’assemblent les armées et les puissances célestes, alors que Je viens avec la fête de parole sur la terre chez vous, car la vie chrétienne des fils de Dieu c’est le lieu de déroulement des fêtes célestes du Seigneur et des saints, les fils.

Il passe de doux et magnifiques instants le ciel sur la terre avec les fils de Dieu, et ceux du ciel ont besoin de place et d’accueil ensuite dans les fêtes ici chez vous, les fils. Oh, paix à vous en tout et pour tout ce que vous travaillez et préparez pour Mon arrêt avec Mes saints et Mes anges chez vous, les fils! Et jusqu’à la fête de Mon ascension au Père, quarante jours après la Résurrection par la croix, Nous lançons ensemble entre la terre et le ciel le chant des Pâques: Le Christ est ressuscité!

Et maintenant c’est dimanche, les fils, et en ce dimanche, selon l’ordre de la tradition paternelle, laissée pour le peuple chrétien, on fait souvenir du miracle de la guérison du malade qui souffrait depuis beaucoup d’années en attendant de Dieu sa guérison, car Moi en ce temps-là J’ai eu à travailler sur la terre tout ce que J’avais vu au Père, pour faire ce Qu’Il fait, oh, et Je l’ai fait, Je Me suis approché de la baignoire guérissant par un ange, et J’ai trouvé parmi les malades celui qui depuis trente-huit ans ne pouvait marcher et qui arrivait difficilement au bord de la piscine, dans l’espoir de sa guérison. Je l’ai examiné de la part du Père, Qui M’a envoyé pour travailler les miracles de Dieu, par lesquels Je puisse être connu comme venant du Père et que Je suis Son Fils. J’ai demandé doucement à l’infirme «Veux-tu être guéri? Veux-tu recouvrer la santé? Lève-toi, prends ton lit et marche!». Et aussitôt l’homme s’est levé et il a marché, et puis Je l’ai rencontré dans le temple et Je lui ai dit: «Si tu as été guéri, prends garde, ne pèche plus, de peur qu’il ne t’arrive quelque chose de mal ou de pire!». Depuis lors les Juifs ont redoublé la poursuite contre Moi et ils Me cherchaient pour Me tuer en M’accusant de violer le sabbat, cela après que l’homme guéri fut allé et leur eut dit que Jésus est celui qui l’avait guéri.

Oh, voilà les fils, il faut beaucoup de sagesse et de prudence, il faut de la veille pour le Seigneur et pour les chrétiens sur la voie du Seigneur, de peur que la brebis n’instigue pas le loup contre le pasteur de brebis et ensuite contre ses brebis. Le malade guéri alors n’a pas eu cette mesure, et il est arrivé que Je fusse tombé sous les yeux du satan, qui Me cherchait pour prendre Ma vie, car J’étais son ennemi.

J’ai dû travailler de grandes signes pour laisser sur la terre la vérité de Ma venue d’auprès du Père après l’homme tombé de l’Eden, pour la transgression de la parole mise sur lui par Dieu. J’ai travaillé des signes et des miracles sans pareille pour pouvoir réunir près de Moi une poignée de disciples, afin d’aller avec eux de lieu en lieu, et leur laisser en vue de partager sur la terre ensuite le témoignage de Mon existence, après Mon ascension au Père, à la fin de Ma mission en chair alors, et laissant l’esprit de Dieu travailler par ceux que J’ai recueillis pour Moi alors.

Oh, quelle bonne occasion en ce jour, les fils! J’ai auprès de Moi maintenant Mon bien-aimé disciple, Jean. Il était pour Moi sur la terre cousin de cousines. Ma mère et la sienne étaient des sœurs cousines, et la mère de Ma mère et sa mère étaient des sœurs, un bouquet de proche parenté, et J’ai fait d’eux la parenté sainte de Dieu. Il y a deux jours on a fait souvenir de Mon disciple Jean entre Mes disciples, celui qui avait en lui le désir ardent de mettre table de parole dans la cité ici, oh, mais Nous n’avons pas trouvé la force capable de Nous soutenir avec Notre venue et parole, mais Je lui ai promis que Nous allons attendre et Nous entrerons, et maintenant voilà Nous entrons et Nous mettons le désir saint sur la table et Nous mettons le conseil en œuvre pour le peuple fidèle à Ma parole de ce temps, et allons, Mon cher, allons, enfant pur, allons apaiser le feu de ton saint désir! J’ai laissé ouverte ta fête et Nous Nous sommes tenus à la porte avec elle. Prends place donc, et laisse ton livre sur la table dans le livre de Ma parole avec eux!

— Oh, mon doux et cher Pasteur et Maître, qu’elle a été douce ma vie, après que la douceur de Ton Etre ait compris en elle mon petit cœur et ma vie entière! Et je veux offrir maintenant un don saint à tes disciples ici, dans la cité, car je leur donne le privilège que j’ai eu, celui de me tenir blotti tout près de Toi, oh, Seigneur, et je leur donne la grâce de sentir Ton fort attachement face à eux tel que je l’ai senti et vécu moi auprès de Toi alors, et ensuite encore, dans Ta gloire céleste, Seigneur, avec ceux qui T’ont aimé et accompagné de près sur la terre. Oh, mes chers, le Seigneur de la résurrection laisse sur vous tout Son amour. Moi, je laisse sur vous le sentiment de mon esprit et de mon âme, celui de mon temps avec le Seigneur sur la terre. A Son nom je prononce sur vous: Prenez du Saint- Esprit, prenez du feu et diffusez le partout, oh, car il est tellement doux ce feu de l’amour des saints, oh, les chers!

Plein de saint désir je suis resté aux portes et j’ai attendu d’entrer chez vous avec le Seigneur de l’amour, avec l’Epoux de l’amour céleste. Et maintenant je vous dis de demander au Seigneur la sagesse des saints et de la découverte des mystères des Ecritures de la fin, de peur que vous ne perdiez pas la veille sainte pour celles qui sont et qui viennent sur les hommes sur la terre. Oh, cherchez la sagesse celle pour les jours actuels plus que toute autre chose que vous vouliez savoir, puisque le temps satanique travaille en cachette pour prendre sous le sceau de la séparation de Dieu même ceux qui ont la parole de Dieu veillant sur eux, en ce temps pris de toutes côtés par l’esprit de satan, bien vêtu dans l’esprit du faire du bien, mais avec la force maléfique au-dessus de la terre, et les fils des hommes ne savent pas cela et ils vont en grand nombre même par propre volonté pour être scellés avec le sceau de a perte éternelle, avec lequel satan traverse maintenant la terre pour le mettre sur le plus grand nombre possible et les avoir ensuite sous son nom et sa garde.

Mais le Seigneur annonce maintenant ceux qui croient en Lui et en Son amour pour eux par cette rivière de parole, et les incrédules prennent leur payement, il s’approche d’eux le payement de l’infidélité, satan et son aiguille dans leur chair, après qu’il ait si longtemps cherché l’occasion de signer ceux qui font sa volonté pour qu’il ne les perde pas, oh, mais il n’est pas content pour cela, car il essaie d’étendre aussi son noir vêtement sur ceux qui ne font pas sa volonté.

Oh, qu’ils se retirent maintenant de la voie du satan tous ceux qui choisissent d’être de la part du Seigneur Jésus Christ, le Vainqueur de la bête apocalyptique. Amen.

Vous, les bien-aimés du Seigneur, vous, ceux qui aimez le Seigneur, entendez mon cri vers vous: sortez du monde, mes aimés, sortez, enfants du Christ! Sortez et soyez vainqueurs avec le Seigneur, en vainquant le monde tout comme Lui, car les fils des hommes, les voilà, ils se laissent capturés volontairement et ils sont pleins de peur! Oh, fuyez la voie de satan avec son nom d’aujourd’hui, antéchrist, celui qui se donne la peine depuis deux mille ans pour arracher la victoire du Christ, cela après que le Seigneur ait vaincu par la croix et Il l’ait jugé coupable pour les siècles des siècles et vaincu totalement, tel qu’il est écrit. Maintenant vainquez-le vous aussi, enfants du Christ, et tirez-vous près du Seigneur, et que Sa croix soit le sceau sur vos corps et sur vos cœurs, contraire au sceau du satan, qui a trouvé maintenant l’occasion de tromper toutes les nations de la terre, et il aimerait noircir même les élus du Seigneur avec son noir sceau, mis sur ceux qui chancellent et ne savent pas arrêter leur regard et bien voir Dieu et satan et choisir ensuite.

Allez donc, vous, les baptisés dans le Christ, restez vêtus dans le Christ, restez avec le sceau du baptême laissé du Seigneur par les parents pour les fils de Son église! Oh, et dites aux hommes, en plus grand nombre que possible, dites-leur que satan marche avec le sceau de la mort, et que le Seigneur marche avec le sceau du Dieu vivant, et que l’homme choisisse. Amen.

Oh, mais maintenant, voilà quelle merveille, quelle belle occasion, quel jour des merveilles célestes, car Toi, Seigneur, Tu es ici avec tous Tes disciples, et moi j’ai eu l’occasion de laisser de Ta table avec eux mon désir ardent dans Ton livre sur la terre avec eux, et de dire à Tes disciples d’aujourd’hui de s’enflammer pour Toi, de brûler d’amour pour Toi tout comme moi, oh, Bien Aimé de mon âme, oh, Seigneur, car Tu es l’amour de ceux qui T’aiment, Tu es vivant en eux, et l’amour brûle et ne s’éteint jamais, mais il aime pour les siècles des siècles.

Et maintenant la merveille est grande, puisque le jour d’aujourd‘hui avec Tes disciples c’est la fête de celui d’entre eux, de l’époux de Cana en Galilée, c’est son jour dans le calendrier, et cette merveille s’est merveilleusement accomplie, car j’ai apaisé mon saint désir, Seigneur, à Ta table avec nous ici, et il vient maintenant à la chaire celui qui a été l’époux des noces où Tu as été appelé avec nous, avec Tes disciples. Et gloire à Toi avec nous ici maintenant, et saluons tous ensemble Ta résurrection, dont nous avons témoigné du long en large alors, et, Seigneur, clamons avec joie tous à la fois: Le Christ est ressuscité!

— En vérité, enfant aimé, en vérité, puisque Je suis ressuscité, selon ce que Je vous ai dit avant, et ensuite vous avez témoigné de cela.

Et il y a maintenant en parole celui que l’apôtre Philipe a annoncé et lui a dit: «Nous avons trouvé Jésus-Christ, Duquel Moïse a écrit. Allons, viens toi aussi pour voir!». Il est venu, et Moi j’ai dit: «Voilà Celui sans astuce en Israël», et lui, il a témoigné de Moi et il a dit: «Rabbi, Tu es l’Empereur d’Israël, Tu es le Fils de Dieu!».

J’ai été ensuite appelé à sa noce, et J’ai fait le miracle du vin nouveau et J’ai dit qu’on donne à boire au maître du repas de noce, il a bu et il a appelé l’époux, car il ne savait pas que pourrait-il croire en goûtant du vin. J’ai fait ce miracle à Cana de Galilée pour fortifier la foi de Mes disciples et J’ai montré Ma gloire devant eux et devant les participants à la noce, oh, et la fête des noces a pris fin, elle a changé en foi et étonnement, et ils ont compris tous ce qu’il y avait à comprendre à ce moment-là, à savoir que J’ai béni l’époux de la noce avec le sceau de l’apostolat entre Mes douze disciples. En ce jour-là J’ai béni l’apostolat, non pas le mariage, tel que la plupart des hommes continuent de dire, pour se marier, se marier toujours, les pauvres. Seulement qu’alors il y a eu le mariage avec le Christ, de l’époux et des participants à la noce, et il ne faut pas prendre à la légère l’œuvre des miracles de Dieu, celle pour le renforcement de la foi de ceux auxquels le Père a destiné le pouvoir de croire et de comprendre qu’il n’est pas utile à l’homme de se marier, oh, non, mais qu’il est utile de témoigner du Christ aux fils des hommes, de Celui sans péché, du Seigneur, Celui ressuscité, Qui par Sa mort sur la croix a payé la vie des pécheurs et très pécheurs, pour qu’ils croient ensuite, tel que l’époux de Cana de Galilée a connu le Seigneur et il a cru en Lui, et il est parti avec Lui, en laissant la mariée et la noce et les participants à la noce, étant né d’en haut, de l’amour de Dieu pour l’homme.

Maintenant, voilà l’époux de la noce de Cana. Il a été et il est Mon disciple entre les douze, et il se tient aujourd’hui dans le conseil du avec Moi, avec Mes disciples, avec vous, les fils, avec vous, Mes disciples d’aujourd’hui.

— Oh, c’est mon jour de fête entre Tes élus d’alors, Seigneur. Je suis heureux d’avoir l’occasion de Te remercier de ma propre voix maintenant, parce que Tu m’as pris de la voie pleine de péchés des fils des hommes et Tu m’as gardé comme époux, oh, Seigneur. Je suis heureux et Je m’incline avec soumission pour que Tu aies pris soin de moi, car quelques jours avant ma noce Tu m’as appelé à Toi et Tu es venu ensuite à la noce, Tu m’as pris avec Toi pour être le Tien, et Tu as aidé les participants à la noce de comprendre que Tu étais le Fils de Dieu et que nous devions Te suivre et tout quitter pour Toi, pour Ta gloire, que Tu as pleinement montré au jour où Tu m’as demandé pour Toi et Tu m’as appris à tout laisse pour Toi, père, mère, frères, sœurs, mariée et participants à la noce et moi-même ensuite pour être Ton disciple.

J’ai mal dans le ciel, j’en ai mal depuis lors et jusqu’aujourd’hui et jusqu’à demain, car le jour de la noce de Cana est devenu bonne occasion pour ceux qui choisissent la vie celle pour le péché, le mariage, et ils veulent tous oublier que Toi, Seigneur, Tu as dit qu’elles viendront sur la terre des calamités pour le péché comme au temps de Noé, lorsque tous buvaient en mangeaient, et se mariaient et c’est ainsi qu’ils ont attiré le déluge sur toute chair de la terre. Et moi j’ai mal dans le ciel, tout comme Adam en a, car à cause de lui les hommes perdent l’obéissance à Dieu et l’amour envers Lui, ils perdent le paradis et le donnent pour le péché, oh, et il y a à pleurer dans le ciel pour les péchés commis sur la terre, car sur la terre l’homme et la femme s’unissent pour passer la vie ensemble, mais les deux sont attirés l’un vers l’autre premièrement par le péché, l’envie apparue entre l’homme et la femme pour le péché, Seigneur, mais qui ne dure pas, car rien n’est éternel sur la terre, et après que le mauvais pouvoir quitte les deus, leur relation devient froide, car le péché ne donne rien de bon à l’homme, mais seulement désillusion et de grandes douleurs d’esprit et de chair ensuite, tristesse pour le gaspillage de la vie et du pouvoir pour la vie, oh, et c’est ainsi la vie de l’homme sur la terre, vie avec du péché, détestable pour Dieu et pour l’âme de l’homme, mais voilà, la chair vainc l’homme à cause de l’envie charnelle, chair qui va pourrir étant sous le péché, et voilà, homme, tu a besoin de beaucoup d’amour, et l’amour c’est Dieu. Si tu es un homme tu dois avoir de l’énergie et de l’intelligence sainte, de la stature sainte pour la marche avec Dieu, et si tu es une femme tu as besoin de beaucoup d’humilité, beaucoup, beaucoup de timidité, beaucoup de soumission et de sagesse d’esprit et de parole, mesure donnée de Dieu pour la femme, et qu’elle ne fasse pas comme la femme celle du début, celle qui a osé tant contre son mari et contre Dieu, aidée par l’esprit de sa faiblesse, l’esprit qui tue.

Voilà, il y a beaucoup et grande différence entre homme et homme, entre chrétien et chrétien, différence comme de ciel à l a terre entre celui qui sait et qui fait tout ce qu’il doit faire l’homme chrétien, et celui qui n’est pas du levain duquel naît l’homme chrétien, et cette différence est comme celle entre la toile de lin pur et celle qui imite le fil de lin, oh, et cette différence est comme celle entre le vase de cristal et celui en plastique, et nous parlons avec les paroles de la terre, car dans le ciel elle est autrement la parole et son expression, mais sur la terre il y a l’homme qui fait et met des noms ensuite à toutes les choses faites par lui du péché, du feu et par le feu, par chaleur brûlante, puisque l’esprit étrange de Dieu est à la suite de l’homme pour le pousser au mal, tel qu’il l’a fait au paradis, provoquant la chute de l’homme d’auprès de Dieu.

Oh, il y a grande différence entre l’homme au cœur pur et celui rusé avec le cœur, avec la parole et l’action celle apparente, et qui lui découvre le visage et la fourberie ensuite, et voilà, un des saints de l’église du début du peuple chrétien a laissé signe écrit qu’alors que la pudeur de la femme n’existera plus, c’est la fin de l’homme et du monde, pour qu’ensuite vienne le Seigneur avec le commencement, celui sans péché.

Oh, Seigneur, oh, quelle joie, Seigneur, quelle grande joie! A l‘occasion de ma fête entre Tes élus d’alors je me suis tenu près de Toi et j’ai parlé au-dessus de la terre, et il est grand merveille ce jour, car j’ai eu l’occasion d’annoncer aux hommes que tous ceux qui veulent être avec le Seigneur Jésus-Christ, que ceux-ci ne cherchent plus se marier, car ils sont les fils de Dieu et ils sont les fils de la résurrection et ils sont avec leur Seigneur et obéissent seulement à Lui et seulement de Lui, et ils se retirent du milieu des fils des hommes, ils se retirent du mélange qui s’appelle Babylon.

Et maintenant, c’est grande inclination que nous Te montrons, nous les douze. Notre joie a été grande, grande, Seigneur, et les armées célestes sont dans l’étonnement pour les choses dont nous parlons, nous Tes élus, en parlant avec Toi en ce grand jour par son témoignage, oh, et beaucoup de gens de la terre vont s’étonner et vont comprendre tout comme moi que Tu ne bénis pas la voie de l’homme qui choisit pour lui la chair et le péché, mais Tu bénis la sanctification de celui qui se sanctifie pour Toi, tout comme moi, Bon Seigneur, j’ai eu le faveur de recevoir de Ta part au le jour où Tu as dirigé mes pas vers Ta sainteté, après que moi je T’aie connu lorsque Tu m’as appelé pour Te suivre, et lorsque je T’ai dit à grande foi: «Tu es le Fils de Dieu et mon Empereur!».

— Oh, Ma gloire est merveilleuse par ses merveilles! Ce jour a été une merveille apparue d’un coup, un témoignage travaillé merveilleusement dans le temps.

J’embrasse les disciples avec lesquels Nous avons fêté aujourd’hui ici chez vous, fils de la cité. Voilà, c’est avec ceux du ciel que vous vous tenez à table ici, dans le jardin. Soyez, donc, hospitaliers, Mes fils, puisque les cieux s’ouvrent et ils viennent les anges de Dieu et ils montent et ils descendent sur le Fils de l’Homme, sur Moi, en Me portant vers vous et vers le Père, et c’est ainsi que J’ai dit à Nathaniel, nommé Simon, et Je lui ai dit cela pour le faire Ma mariée tout comme vous, les fils.

Voilà Je viendrai chez vous avec Mes élus ceux d’alors, et vous avez à préparer Mon arrêt avec eux chez vous, la fête de la Pentecôte, grande fête dans le ciel et sur la terre, les fils.

Oh, soyez fidèles et soumis pour l’obéissance, Mes fils. Moi, Je vais vous parler Je vais vous aider, Je vous donnerai beaucoup de grâce et Nous serons avec vous ici et Nous partagerons la joie ensuite, Nous partagerons de la paix et de la foi à ceux qui croient et qui prennent de Moi par vous, car vous prenez de Moi. Et maintenant, paix à vous, les fils ! La parole a été merveilleuse et rafraîchissante pour Moi et pour ceux du ciel, et qu’elle soit de même ici aussi avec vous, merveilleuse, merveilleuse, oh, les fils. Amen, amen, amen.

23-05-2021